— PUBLICITÉ—

Vivre le tourisme culinaire de la région

25 Août 2021

par : Marjorie Gélinas

photo : The travelling foodie

Le 9 août dernier, des publications à propos d’un certain Raymond Cua, alias The Travelling Foodie, circulaient sur les réseaux sociaux. Le blogueur venait de publier un billet de blogue élogieux au sujet de son séjour dans le Temiskaming ontarien ainsi qu’au Témiscamingue québécois, où il a expérimenté le Tour du lac Témiscamingue. Nous avons souhaité en apprendre un peu plus sur lui et connaître son appréciation de la région.

Qui est Raymond Cua?

Originaire des Philippines, où il est né et a grandi, Raymond Cua a été élevé par ses parents propriétaires d’une entreprise de restauration rapide. « La culture asiatique tourne autour de la nourriture et lorsque ma famille voyageait, une fois par année, nous intégrions les expériences culinaires à nos voyages. » Le mode de vie que mène aujourd’hui monsieur Cua avec The Travelling Foodie fait donc partie de son existence depuis toujours. Arrivé en Ontario en 2006, il voyage environ trois fois par année et mange plusieurs fois par semaine au restaurant pour satisfaire sa soif de découvertes. Il documente d’ailleurs déjà ses expériences culinaires sur ses réseaux sociaux bien longtemps avant de démarrer son blogue.

— PUBLICITÉ—

Qu’est-ce que le Travelling Foodie?

« Le Travelling Foodie [qui se traduit par le fin gourmet voyageur] est un site Web que j’ai lancé en 2014. Le projet consiste à explorer le monde en mettant de l’avant les découvertes gastronomiques comme moyen de s’imprégner de chaque destination. » En effet, Raymond Cua a toujours pensé que l’on peut en apprendre énormément sur la culture, l’histoire et le type d’agriculture d’une destination, seulement en se basant sur la nourriture que l’on y retrouve.

Le goût du Témiscamingue

C’est lors d’un séjour à Timmins en 2017 que monsieur Cua entend parler de la région du Témiscamingue et du Nord-Ouest ontarien. « Je ne savais pas à quoi m’attendre en allant visiter Timmins, mais j’y ai passé un très bon moment! Par la suite, on m’a recommandé d’aller visiter la région du lac Témiscamingue, qui avait apparemment beaucoup à offrir en matière de découvertes culinaires. » Il visite le secteur une première fois en 2018 et il apprend l’existence du Tour du lac Témiscamingue, qu’il se promet de revenir essayer.

De nombreux articles ont déjà été écrits au sujet de ce fameux tour du lac, qui est en fait un regroupement de restaurants, bars et bistros, ainsi que de producteurs agricoles et de transformateurs agroalimentaires qui proposent aux visiteurs des expériences gourmandes. Sur l’itinéraire du tour, on retrouve l’entreprise Le Fromage au Village, qui fut l’un des coups de cœur de Raymond Cua. « J’ai adoré faire le tour de l’usine, où l’on apprend le processus de fabrication en mettant l’accent sur le fromage en grains. Nous avons goûté à du fromage en grains frais du jour, en plus de le déguster en poutine dans un restaurant [le restaurant Bournival] tout près. » Monsieur Cua, qui apprécie particulièrement le concept de la ferme à la fourchette, qualifie cette visite d’expérience intégrale.

Il a aussi été charmé par sa visite de l’entreprise Bison du Nord, du côté ontarien du lac, où la formule est similaire. « J’ai été d’abord très excité de visiter un ranch de bisons pour la première fois de ma vie! De plus, nous avons pu essayer la viande de bison dans des restaurants des environs comme le White Owl Bistro et le Zante’s Bar and

Grill. »

Un palmarès de « premières fois »

Lorsqu’on lui demande s’il a vu, mangé ou essayé ici quelque chose pour la première fois, la liste de monsieur Cua est impressionnante et a de quoi susciter la fierté de n’importe quel Témiscamien de cœur. « J’ai vécu bon nombre de premières fois lors de mon passage dans la région. C’est pourquoi je recommande chaudement ce tour : première visite d’un ranch de bisons; première dégustation de nourriture autochtone (le pain frit de l’Autochtone Taverne américaine d’Haileybury est exquis); première cueillette de nourriture en nature (que nous avons faite avec Vers Forêt lors d’une excursion sur le sentier du Devil’s Rock); première fois que je goûtais à une russule [champignon] fraîchement cueillie et que je constatais l’impressionnante variété de champignons comestibles qui poussent en forêt; première dégustation de fromage en grains frais du jour; première visite d’un site culturel autochtone, à Obadjiwan-Fort-Témiscamingue; première dégustationde vin de framboise et de jus de fraise pétillant (directement du réservoir, chez Nordvie); première dégustation de bière Haskap (à la microbrasserie Whiskeyjack d’Haileybury). »

Au-delà de la bouffe

Lorsqu’il voyage, Raymond Cua recherche spécifiquement des expériences uniques, qui ne sont offertes nulle part ailleurs. Manifestement, selon son témoignage, la région du lac Témiscamingue regorge de ce type d’expérience pour les visiteurs. « J’aime visiter les villes, de même que les parcs nationaux, réserves naturelles et sentiers en nature lors de mes périples. Les villes sont l’endroit tout indiqué pour découvrir la culture et la gastronomie locales, tandis que les expériences en nature représentent un moment de détente et d’évasion. Elles peuvent aussi inclure des découvertes alimentaires selon la destination. »

Charmé par son séjour, le voyageur gourmand aimerait beaucoup revenir visiter la région. « Je n’ai qu’effleuré l’offre proposée par le Tour du lac Témiscamingue. J’ai également entendu parler de la Foire gourmande, à laquelle je souhaiterais assister. J’aimerais aussi découvrir plus en profondeur la cuisine et la culture autochtones et participer à un Pow Wow. Finalement, je souhaiterais visiter les vergers, les vignobles et les parcs de votre région », conclut Raymond Cua.

Articles suggérés