— PUBLICITÉ—

Portrait d’une nouvelle passionnée de chasse

27 Septembre 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Plusieurs jeunes et adultes s’intéressent davantage à pratiquer la chasse. Chaque personne se distingue par son expérience singulière, mais la motivation ou la curiosité reste l’un des motifs à encourager les gens à se laisser emporter par la chasse. « Étant jeune, j'accompagnais mon grand-père à la chasse au petit gibier (perdrix) en VTT dans les sentiers entourant mon village. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré me retrouver en forêt. Lorsque j'ai commencé à fréquenter mon conjoint qui s'adonne depuis sa jeunesse à la chasse à l'orignal, il y a huit ans, j'ai opté pour la formation d’une fin de semaine afin de pouvoir participer aux expéditions de chasse avec lui », raconte Ann-Marie Gélinas, une Témiscamienne passionnée par la chasse.

La patience et la réflexion

Ann-Marie Gélinas, qui se considère toujours comme une amatrice de chasse, ne cache pas les défis qui accompagnent cette belle expérience et activité de plaisir en plein air. « Après sept ans de pratique, je me considère encore un chasseur amateur! Il y a tellement à savoir et encore, ça dépend du type de chasse que tu pratiques. Je dirais que la patience est essentielle. Si tu n'as pas ça dans ton bagage, tu risques de détester ton expérience », a-t-elle mentionné. « À mon avis, il faut posséder une bonne capacité d'analyse. Poser des gestes réfléchis. Oui nous sommes appelés à nous exécuter rapidement, mais toujours, toujours analyser la situation d'abord. Un accident est si vite arrivé. Et ici, je parle oui de blesser un autre être humain, mais également un geste irréfléchi peut mener à blesser un gibier sans l'atteindre mortellement ce qui est selon mes valeurs, tout aussi dramatique », explique-t-elle.

— PUBLICITÉ—

Rester proche

Chaque initiatrice ou initiateur à la chasse fait des découvertes dès son premier contact avec son espace de chasse et ainsi, elle ou il pourrait s’intéresser à un type de chasse plutôt qu’un autre. « Je fais principalement la chasse au petit gibier. Tous les automnes, je fais de la patrouille en VUS ou à la marche avec mon conjoint et parfois mes enfants nous accompagnent. Ce que j'aime beaucoup de ce type de chasse, c'est que ça nécessite peu d'organisation et nous n'avons pas besoin de trop nous éloigner de la maison. »

Des expériences extraordinaires

Plein de défis accompagnent les amateurs à la chasse durant leur première expérience, mais aussi de découvertes. « Je chasse aussi l'orignal, malheureusement pas à tous les ans. Personnellement, je n'ai pas eu la chance d'abattre mon premier cervidé, mais je ne me décourage pas pour autant. Le simple fait d'avoir l'occasion de partager la forêt avec ces impressionnants mammifères pendant une semaine entière au camp me permet de me reposer et de me ressourcer », souligne-t-elle. « J'ai participé aux recherches et au débitage d'une femelle il y a quelques années. C'est une expérience extraordinaire que j'ai eu le privilège de vivre avec un gang de gars géniaux. C'est bien beau de pratiquer ce sport, mais il faut savoir le faire dans le respect du gibier, c'est une valeur très importante pour moi », termine madame Gélinas.

Articles suggérés