Souscrire au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Le Bloc Québécois à l'écoute des Témiscamiens

14 Mai 2020par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

photo : Yves-François Blanchet

La tournée virtuelle du Bloc Québécois en Abitibi-Témiscamingue, a permis à son chef, Yves-François Blanchet, de renforcer ses liens avec les différents acteurs de la région et d’aborder avec eux les problématiques à jour en ces temps de crise. C’était également une occasion d’évoquer les démarches concrètes que le Bloc Québécois a proposé pour développer l’Internet à haute vitesse dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue. « Internet est un service essentiel et c’est inacceptable de tarder à régler ce dossier en Abitibi-Témiscamingue. L’obligation de desservir le territoire est devenue indispensable », nous fait savoir le chef du Bloc. « Le Québec est prêt à jouer un rôle considérable et essentiel à ce niveau, maintenant c’est au gouvernement fédéral à s’engager davantage et à placer ce dossier en priorité car c’est un enjeu vital pour les habitants de l’Abitibi-Témiscamingue », a-t-il ajouté.

Plus urgent que jamais

— PUBLICITÉ —

L’importance d’Internet dépasse sa considération comme service essentiel. Il s’agit d’un levier économique crucial pour la région et le pays. « On veut tous développer les différentes manières efficaces pour le télétravail, encourager les webinaires et placer les moyens de communication au service du développement de notre société. En revanche, d’un autre côté, on constate clairement qu’il y a encore énormément d’efforts à entreprendre pour assurer un Internet à haute vitesse et de qualité pour les personnes en région », souligne monsieur Blanchet.

Une population marginalisée

Presque 40 % de la population dans la région du Témiscamingue n’a pas accès à un réseau Internet de bonne qualité. Cette réalité affecte beaucoup de personnes dans leurs pratiques de droits administratifs. « Plusieurs personnes se trouvent dans l’obligation de procéder par Internet afin de répondre aux exigences administratives. Or, on retrouve parmi eux des personnes qui non seulement ne sont pas familiarisées avec Internet, mais qui n’y ont pas accès. Ces gens doivent avoir énormément de difficulté à accéder au même service que quelqu’un qui reste dans les grandes villes », a soutenu le chef du Bloc Québécois.

Un secteur agricole en attente

Le dossier agricole était également au cœur des discussions de Yves-François Blanchet avec les producteurs agricoles de la région. Or, malgré le défi relatif à la gestion de la main-d’œuvre, le chef du Bloc se montre rassurant à ce niveau. « Les différents paliers du gouvernement ont proposé plusieurs aides pour le secteur agricole, plus particulièrement pour faciliter l’accès à la main-d’œuvre nécessaire. Ces incitations financières vont sans doute encourager les producteurs agricoles à maintenir leur production et participer à préserver notre chaine alimentaire », affirme-t-il.

Les fragiles de la crise

Pour le chef du Bloc, l’un des secteurs les plus touchés est celui des organismes communautaires et culturels. Le Québec n’épargne pas d’effort afin de soutenir les acteurs de ce secteur qui sont impactés par le contexte de la pandémie. « Le Québec va aider les organisateurs des festivals et ces derniers vont recevoir leurs subventions malgré l’annulation des spectacles », nous dévoile-t-il. « C’est le secteur hôtelier qui va être gravement touché. On voit une grande inquiétude chez les acteurs de ce secteur vital de notre économie. Les gouvernements doivent absolument agir rapidement afin de venir en aide à ses différentes parties prenantes », a-t-il conclu.