— PUBLICITÉ—

Des œuvres autochtones dans les installations du CISSS-AT

20 Juin 2022

par : Communiqué | Source : Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue

photo : " The Medecine Bear-ie ", une œuvre de Janice Wabie de Timiskaming First Nation

En collaboration avec l’organisme culturel anishinabe Minwashin, Tourisme Abitibi-Témiscamingue (par le biais de sa démarche CulturAT) et le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le projet « Odeimen », qui désigne le petit fruit qu’est la fraise en langue anishinabe, vise à intégrer les arts et la culture anishnabe dans huit installations du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, soit dans les hôpitaux d’Amos, de Rouyn-Noranda, de Val-d’Or, à l’Hôpital en santé mentale et CLSC de Malartic, ainsi que dans le CLSC de Senneterre et les Centres multiservices de santé et de services sociaux de Témiscaming-Kipawa, Ville-Marie et La Sarre.

OEUVRE-JOCELYNE-ROBINSON.jpg

Parmi les œuvres exposées, on retrouve la sculpture Find « Mino Pimatswowin » de l’artiste Jocelyne Robinson de Timiskaming First Nation. Celle-ci cherche, à travers son art, à créer un espace de dialogue entre les savoirs ancestraux autochtones et le système de pensée occidental. Dans sa sculpture sur bois Find « Mino Pimatswowin », les racines et les feuilles des fraises créent un réseau interconnecté qui nous rappelle que la médecine et la guérison, pour les Anicinabek, constituent un équilibre entre le corps, le mental et l’esprit, ainsi qu’avec tous les éléments de la nature. Cette œuvre invite à trouver « Mino Pimatswowin », une vie bien équilibrée.

— PUBLICITÉ—
OEUVRE-JANICE-WABIE_WEB.jpg

L’exposition Odeimen présente aussi The Medicine Bear-ie, une toile réalisée à l’acrylique par l’artiste Janice Wabie, également de Timiskaming First Nation. Janice Wabie consacre son art aux traditions de sa communauté, qu’elle a apprises dès son adolescence. Depuis plusieurs années, elle participe activement à la transmission de ses richesses culturelles. Symbole de la médecine, mais aussi animal du clan de l’artiste, l’ours représente sa famille. Les couleurs vives de l’œuvre suscitent la joie et attirent l’attention des enfants. Les fraises représentent à la fois l’amour et le cœur, qui sont au centre de la santé physique et mentale.

Avant qu’elles ne soient installées, les huit œuvres formaient l’exposition Odeimen présentée au Musée d’art de Rouyn-Noranda, du 6 mai au 12 juin 2022. Durant plus d’un mois, les visiteurs étaient invités à se déplacer au musée afin d’apprécier l’art anichinabe et plusieurs des symboles et valeurs que souhaitent véhiculer les artistes.

Articles suggérés