Souscrire au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Anthony Rota : le chef d'orchestre de la Chambre des communes

12 Juin 2020par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

photo : Portrait officiel d'Anthony Rota

Le 26 mai dernier, la Chambre des communes a adopté une motion visant à prolonger le mandat du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19 jusqu’au jeudi 18 juin. Le Comité spécial se réunira ainsi dans l’enceinte de la Chambre et les députés pourront participer soit en personne, soit par vidéoconférence (formule hybride).

« Le contexte de la crise sanitaire a beaucoup impacté le fonctionnement de la Chambre. Nous avons adopté toutes les mesures nécessaires et indispensables afin de respecter les consignes et les orientations des autorités de la santé publique et mettre notre environnement de travail sous contrôle », a fait savoir Anthony Rota, député pour la circonscription de Nipissing-Timiskaming ainsi que président de la Chambre des communes du Canada et du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19.

— PUBLICITÉ —

Le quorum politique de la COVID-19

Le Comité spécial continuera à se réunir pour assurer sa mission d’examiner des annonces et poser des questions aux ministres. « Au sein du comité, nous examinons les annonces ministérielles, nous permettons aux députés de présenter des pétitions et de faire des déclarations. Également, nous allons continuer à poser des questions aux ministres, y compris au premier ministre, concernant la pandémie de COVID-19 et d’autres sujets », a précisé le Président de la Chambre. À noter que le quorum du Comité spécial est composé de sept députés.

La formule hybride

Le mode organisationnel et fonctionnel de la Chambre a été complétement chamboulé par les contraintes conjoncturelles. Tout a été repensé de façon à assurer la continuité pratique de la Chambre mais aussi son rendement politique indispensable à l’exercice démocratique du pays. « Les réunions se tiennent dans l’enceinte de la Chambre des communes, à l’édifice de l’Ouest ; les députés peuvent y participer en personne ou par vidéoconférence (formule hybride). Deux écrans géants ont été installés de part et d’autre du fauteuil du Président », a expliqué monsieur Rota.

Les habitudes changent

La transition au virtuel a changé certaines habitudes traditionnelles au sein de l’édifice à Ottawa. Les députés se trouvent face à des nouvelles réalités, surtout ceux qui mènent leurs fonctions en mode téléconférence. En revanche, pour les députés qui sont présents à la Chambre, leur expérience est très semblable à ce qu’elle était auparavant. « Les députés qui participent à distance doivent se connecter à la plateforme de vidéoconférence de la Chambre au moyen de leur compte et de l’appareil qui leur a été fourni par la Chambre des communes », a confirmé le Président de la Chambre à Ottawa.

L’armure technologique

Si la majorité des fonctionnaires et des employés de la Chambre travaillent en téléconférence, certains petits groupes continuent d’être présents physiquement puisque leur rôle est indispensable de l’intérieur de l’édifice politique. « Le groupe des technologies de l’information travaille très fort pour permettre une organisation du travail très efficience et efficace à distance. Or, afin de s’adapter aux exigences relatives à la vidéoconférence en prévision des réunions virtuelles, l’Administration de la Chambre a adapté les technologies à sa disposition et les a intégrées à la plateforme Zoom. La version utilisée diffère des versions gratuite et payante destinées aux consommateurs, en ce sens qu’elle permet à l’Administration de la Chambre de gérer et de configurer la technologie et d’imposer des contrôles de sécurité. »

Le Chef s’ajuste

Les tâches et la mission du Chef de la Chambre ont été affectées uniment par les contraintes de la nouvelle réalité. Ses trois missions de fonction se sont bien ajustées aux défis de la nouvelle réglementation et des mesures à respecter. « Les trois volets de la fonction du Président de la Chambre ont dû s’adapter tout autant à cette nouvelle réorganisation. Pour ce qui est de mon rôle de gardien de l’ordre de la Chambre, je continue de l’assumer virtuellement, notamment à titre de Président du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19. Concernant mes tâches administratives, je continue de les exercer soit en personne, soit par vidéoconférence (formule hybride) », explique le Président de la Chambre.

« Pour ce qui est de ma mission diplomatique à la tête de la Chambre des communes, les échanges avec mes homologues dans les provinces, à l’international ou même avec les différents corps diplomatiques présents au pays, continuent à se dérouler suivant une programmation bien précise en téléconférence. »

Les difficultés sous contrôle

Quoique l’usage du télétravail s’avère une décision efficace en ces temps de la pandémie, plusieurs voix se lèvent pour mettre la pression sur le gouvernement afin d’accélérer la mise en place d’une stratégie visant à démocratiser Internet à haute vitesse partout au pays. « Nous avons des ambassadeurs en technologies de l’information qui font un travail colossal et infaillible pour assister tous les députés partout au pays. Certes, quelques parlementaires, mais leur nombre est très limité, peuvent éprouver quelques difficultés à manipuler des options techniques, mais je vous assure, nos équipes leur apportent continuellement l’assistance escomptée et n’épargnent aucun effort à les guider dans leurs usages techniques et technologiques », a conclu Anthony Rota.

Speaker Rota - Special Committee - Covid19 (004)_web.jpg

The Speaker elect is escorted to the dais (004)_web.jpg