— PUBLICITÉ—

Mieux accueillir les personnes handicapées, ce n’est pas si compliqué!

3 décembre 2022

par : Alexandra Cotten

photo : Gracieuseté de Tania Rouillier

Le samedi 3 décembre prochain, comme chaque année, aura lieu la Journée internationale des personnes handicapées. La célébration annuelle de cette Journée a été proclamée en 1992 par la résolution 47/3 de l'Assemblée générale des Nations Unies. Elle vise à promouvoir une compréhension des questions de handicap et à mobiliser un soutien à la dignité, aux droits et au bien-être des personnes handicapées.

— PUBLICITÉ—

Cette année, le thème de la journée est: Mieux accueillir les personnes handicapées, ce n’est pas si compliqué! L’objectif est entre autres d’avoir un moment afin d’échanger et de sensibiliser sur plusieurs aspects de la vie d’une personne vivant avec un handicap. Cette année, une formation est également offerte sur le thème « mieux accueillir les personnes handicapées » via le site Web.

La Journée internationale des personnes handicapées sera soulignée par l’Association des Parents d'Enfants handicapés du Témiscamingue (APEHT) tout au long de la semaine. « Nous remettrons aux participants un petit cadeau, nous mettrons en place des cafés-discussion sur le sujet et nous irons dîner au restaurant le mardi », explique d’entrée de jeu Tania Rouillier, directrice générale de l’APEHT. « Il y aura également une soirée inclusive samedi soir à Rouyn-Noranda, organisée par la Ressource pour personnes handicapées Abitibi-Témiscamingue (RAPHAT) et l’Association régionale de loisirs pour personnes handicapées de l’Abitibi-Témiscamingue (ARLPHAT). » L’organisme est toujours à la recherche de partenaires du milieu afin de favoriser l’inclusion sociale et familiariser les entreprises d’ici à la réalité des gens d’ici. « Nous sommes également en développement d’un service de répit à la demande qui nécessitera certainement la collaboration du milieu », ajoute madame Rouillier.

Chaque personne vivant avec un handicap a des besoins différents. Bien que certains besoins soient liés directement à leur handicap, un besoin que tous ont en commun, c’est bien sûr l’acceptation. L’acceptation passe par l’accessibilité universelle, la considération et l’entraide. Selon Tania Rouillier, ce qui est le plus enrichissant dans le fait de travailler auprès des personnes vivant avec un handicap, c’est qu’elles ont tout autant à nous apprendre que nous pouvons leur en apprendre. « Ce sont des personnes reconnaissantes qui aiment vivre de belles expériences. Lorsque l’on en vit avec eux, je ne pourrais jamais dire [quels] yeux pétillent le plus, les nôtres ou les leurs ! », termine-t-elle.

La Journée internationale des personnes handicapées rappelle l’importance de rendre nos communautés plus accessibles, équitables et inclusives. Chacun a son rôle à jouer pour y arriver.

Articles suggérés