S'abonner au journal vitruel

Téléchargez le journal virtuel

Les bleuetières s'apprêtent à lancer leur saison 2020

24 Juillet 2020par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Les bleuetières partout en Abitibi-Témiscamingue se préparent pour lancer leur saison 2020 dans quelques jours, dans un contexte particulièrement différent cette année. Les propriétaires et les gestionnaires des bleuetières expriment pleinement les difficultés qui ont accompagné la saison de cette année. « C’est une année très difficile où nous étions forcés à surmonter plusieurs défis logistiques, techniques et préparatoires en raison du contexte sans précédent de la COVID-19 », fait savoir Stéphane Groux, le gestionnaire de la bleuetière du Montreuil. Pour le propriétaire de la bleuetière de Guérin, les préparations n’étaient pas non plus faciles. « Nous avons eu à repenser pratiquement toutes nos pratiques, les ordonnances des différents paliers du gouvernement nous poussant à revoir un ensemble de mécanismes à l’intérieur de notre mode organisationnel. »

Pas de kiosque dans le Montreuil cette année

La bleuetière du Montreuil n’ouvrira probablement pas son kiosque cette année. « On fermera éventuellement notre kiosque pour la saison. C’est une décision à laquelle on est en train de penser puisque le nombre de touristes et de visiteurs ne sera pas le même pour cette année. Instaurer une organisation efficace qui respecte les consignes des autorités sanitaires sans pouvoir prévoir d’avance le nombre des visiteurs serait très difficile », explique le gestionnaire de la bleuetière. « Si jamais nous optons pour la réouverture du kiosque, ça serait un kiosque en mode libre-service, c’est-à-dire que les visiteurs vont se servir eux même et déposer l’argent dans une boite à côté de la marchandise », a-t-il ajouté.

— PUBLICITÉ —

Le déconfinement : Un sauvetage

Selon le propriétaire de la bleuetière de Guérin, monsieur Jean-François Gingras, la saison 2020 sera sauvée grâce au relâchement du confinement. « Au début nous étions très inquiets pour la saison de cette année car on ne savait pas quand est ce que le gouvernement permettrait à la population de pouvoir visiter les fermes et les domaines pour leur permettre de faire de l’auto-cueillette. Le déconfinement contribuera à sauver notre saison. Notre seule crainte pour le moment est l’éventualité de l’imposition d’un deuxième confinement en pleine saison qui nous ferait manquer notre saison pour l’année », a-t-il mentionné

L’accueil des travailleurs étranger

Si la bleuetière de Guérin n’a pas fait appel aux travailleurs étrangers pour sa saison 2020, celle du Montreuil aura sur son terrain au moins 23 employés de l’étranger. 22 sont déjà arrivés et le gestionnaire de la bleuetière est en attente de l’arrivée d’un autre travailleur dans les jours à venir. « Cette année, toute l’opération et le processus d’arrivée étaient très complexes. Les bureaux du gouvernement canadien, qui octroient les numéros d’assurance sociale étaient très long dans le traitement des demandes », explique Stéphane Groux.

L’ancienne salle de quilles

La bleuetière du Montreuil utilise l’ancienne salle de quilles de Roulier, transformée en logement, pour héberger ses employés. « On utilise l’ancienne salle de quilles de Roulier pour loger nos travailleurs étrangers. À cause des nouvelles mesures sanitaires, on ne l’occupe pas au maximum, c’est pourquoi nous y avons placé uniquement 18 personnes alors qu’en temps normal, elle peut en accueillir jusqu’à 62 », précise le gestionnaire. « Nous avons même acheté un autre logement pour être sûrs d’avoir un espace à disposition qui nous permettra de gérer les quarantaines et toute question relative au respect de nouvelles ordonnances gouvernementales », a-t-il conclu.

blueberries 1_web.jpg