S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Savourer le chocolat

22 Septembre 2020par : Bernard Flébus

Bernard Flebus est un touche-à-tout. Reconnu dans la région principalement pour ses talents culinaires, il a mis sur pied la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien en collaboration avec Line Descôteaux. Aujourd’hui, il est propriétaire de la charcuterie Extrem’ Boreal.

Bienvenue à cette nouvelle chronique qui nous emmènera un peu partout au fil des saisons, de mon inspiration, de l’actualité ou de nouveautés.

— PUBLICITÉ —

Ce qui va unir ces sujets? Le boire et le manger avec une préférence pour ce qui se fait en région. 30 ans de vie au Témiscamingue à travailler dans le monde de l’alimentation laisse des traces! J’ai eu la chance au cours de ces années de vendre mes produits et mes concepts de Ville-Marie à Montréal, en passant par Amos ou North Bay. J’ai rencontré à travers ce parcours de nombreux et sympathiques passionnés qui, à leur mesure, ont fait rayonner leur passion à travers leurs métiers. J’en profite ici pour saluer tous ces rêveurs qui ont osé passer d’une vision à un concept.

Aujourd’hui, il pleut et j’ai envie de vous parler de chocolat. Autant la pluie (en été et un ou deux jours maximum) est un bonheur pour les agriculteurs, que pour le commun des mortels, surtout quand ils sont en vacances, nous met le vague à l’âme. Inconsciemment, nous cherchons à effacer ce sentiment avant qu’il ne nous submerge complètement.

Et comment y arrive-t-on? En dégustant du chocolat. Le chocolat contient une substance appelée phéniléthylamine, la même molécule que fabrique notre cerveau, qui elle-même est un précurseur de la sérotonine appelée l’hormone du bonheur. On peut donc comparer le chocolat à un anxiolytique léger.

Maintenant que la table est mise, je vais vous expliquer deux manières d’aborder le chocolat, la sensuelle et la passionnée. Pour commencer, allez chez votre chocolatier préféré et achetez des bouchées fourrées avec un caramel, un praliné ou une ganache. Laissez le chocolat à température pièce une heure avant de passer à l’acte.

Installez-vous confortablement dans un fauteuil, dans un endroit calme et mettez votre chocolat en bouche. Ne croquez pas, laissez la chaleur de votre bouche faire fondre doucement le chocolat. Fermez les yeux, respirez et laissez-vous envahir par le parfum du chocolat. Quand avec votre langue vous sentez que les bords du chocolat, durs au départ, sont devenus mous, vous écrasez la bouchée avec la langue sur le palais. Vous découvrez maintenant le parfum de l’intérieur de la bouchée. Ensuite, il vous reste à avaler tranquillement en laissant fondre le chocolat. Vous aurez deviné que c’est la manière sensuelle.

Pour la passionnée, aussitôt en bouche, vous croquer à pleine dents et là, c’est un feu d’artifice de saveurs. Vous allez voir défiler en même temps tous les parfums qui composent votre bouchée.

Bonne dégustation et à la prochaine!

extreme boreal commanditaire chronique.jpg