S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

À quoi bon, les voitures d’occasion?

13 Octobre 2020par : Samuel Lessard

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

Les stratagèmes comme le financement sur une période de 84 mois ou les paiements aux deux semaines donnent l’impression que la voiture neuve est un bien accessible. Pourtant, elle n’a jamais été aussi chère à l’achat qu’actuellement. J’ai d’ailleurs couvert le sujet ici même, il y a deux semaines.

— PUBLICITÉ —

Voilà pourquoi le marché des véhicules d’occasion est en pleine explosion depuis quelques mois. Certains marchands avec lesquels j’ai discuté ont même connu leur meilleur mois de vente depuis qu’ils sont dans les affaires, confirmant l’engouement des consommateurs pour le véhicule de seconde main.

Dans les faits, l’attrait est bien réel. Il est souvent possible de trouver un véhicule avec peu de kilométrage, âgé d’un an ou deux, en très bon état et qui se vendra 25 à 45 % moins cher qu’un véhicule neuf équivalent. Une aubaine!

Or, ce n’est pas aussi simple que 1+1 = 2. Premièrement, l’achat d’un véhicule d’occasion demande des recherches. Consulter les petites annonces, parcourir les médias sociaux et visiter la cour des marchands sont les méthodes de choix pour tout bon chasseur d’auto.

Deuxièmement, une fois la voiture repérée, il faut s’assurer de son bon état général. Je vous entends me dire : « Sam, ce n’est pas nécessaire! La voiture n’a que deux ans et 40 000 km au compteur, elle est impeccable! » Détrompez-vous, rien n’est moins sûr. Le premier propriétaire a peut-être négligé l’entretien, eu un accident ou même expérimenté des problèmes mécaniques sérieux l’ayant poussé à s’en débarrasser. Ce genre de situation est (beaucoup) plus courant qu’on peut le penser.

Pour se prémunir contre une situation fâcheuse, il y a deux choses à faire avant l’achat : obtenir un rapport d’historique CarFax (www.carfax.ca) et faire inspecter de fond en comble le véhicule convoité, peu importe son âge et son kilométrage. C’est la seule manière d’avoir l’heure juste sur son état général et sur les réparations coûteuses à prévoir, le cas échéant. Un 200 $ bien investi qui peut vous éviter un tas de problèmes.

Finalement, vous l’avez trouvée! Elle est belle, même parfaite. Il faut maintenant la payer! Souvent, c’est un financement via une institution financière qui est retenu, avec un taux d’intérêt variant entre 3 et 25 %, en fonction, entre autres, de votre situation de crédit. Faites sortir le montant total de votre prêt pour savoir combien vous allez réellement débourser, taxes, frais et intérêts compris.

Mon but ici est de démontrer une chose : l’achat d’un véhicule d’occasion est complexe et peut rapidement tourner au cauchemar si on ne prend pas les précautions nécessaires, même si tout semble dans l’ordre au départ. Chaque situation est unique et demande d’être approfondie avec les moyens décrits ci-haut.

De cette façon, je vous assure que vous allez faire une meilleure affaire, ou peut-être même vous rendre compte qu’une voiture flambant neuve, ce n’est pas si cher que ça finalement!

BReton commanditairev2.jpg