S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Vingt ans de radio à Timiskaming First Nation

14 Octobre 2020par : Bianca Sickini-Joly | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

photo : De gauche à droite : Catherine Groulx (animatrice), Philip Tepiscon (animateur et technicien) et Robert Millette (directeur).

La station de radio communautaire CHNT 92,3 FM célébrait deux décennies de présence en ondes le 22 septembre dernier. The Coyote est la voix des résidents de la communauté autochtone Timiskaming et compte de fidèles auditeurs de la ville voisine, Notre-Dame-du-Nord. En plus de divertir les auditeurs, CHNT se fait le porte-voix des différentes institutions de la communauté anichinabée. La station de radio ne s'assoit pas sur ses lauriers : au contraire, elle est en mouvement! Des projets d'amélioration ont vu le jour récemment et plusieurs autres idées sont sur la table.

Au cœur de la communauté

Blue Sky of Timiskaming est la première chanson à avoir résonné sur les ondes de CHNT. La pièce musicale, signée Blue Moon, un groupe local de l'époque, était tout indiquée pour ouvrir le bal. Depuis ses débuts, la station de radio se fait un devoir d'être le reflet de sa communauté. Présentement composée de trois personnes, l'équipe travaille de concert avec l'école, le corps policier, le conseil de bande, le centre médical et d'autres acteurs du milieu afin de transmettre les nouvelles en ondes deux fois par jour. « On est la voix de notre réserve. On est importants pour la communauté, parce qu'on travaille avec tout le monde, avec chaque département », explique le directeur de la station, Robert Millette. En poste depuis trois ans, monsieur Millette était un animateur bénévole lorsque la radio n'était encore qu'un nouveau-né à Timiskaming First Nation. La station s'implique aussi en organisant un radiothon avec le centre médical afin d'acheter des cadeaux de Noël aux enfants. CHNT 92,3 FM est une radio communautaire, c'est-à-dire qu'elle ne génère pas de profits.

— PUBLICITÉ —

Streaming et nouveaux équipements

Depuis deux ans, il est possible d'écouter la chaîne en direct sur des applications comme TuneIn, ou en ligne, sur des sites de diffusion en continu. Leur simplicité est un atout majeur pour les auditeurs, selon Robert Millette. « Dans la culture radiophonique, le streaming, c'est très important, remarque-t-il. Les gens peuvent faire jouer notre musique en connectant leurs haut-parleurs (intelligents) facilement. Je veux même faire d'autres améliorations », affirme le directeur en expliquant vouloir ajouter une carte de son pour bonifier la qualité de diffusion. Faire le pas dans cette nouvelle ère fut tout un défi. « C'est beaucoup d'ouvrage d'installer tout ça. C'est même plus compliqué que la radio normale! », lance-t-il en plaisantant. La station autochtone a également fait l'acquisition de nouveau matériel dans la dernière année, dont un transmetteur.

Au menu

Sur les ondes de CHNT, on peut écouter de la musique pour tous les goûts, jouer au bingo et participer à des concours. Un animateur ou une animatrice assure une présence en semaine et le vendredi soir. Le 92,3 s'étend sur les territoires de Notre-Dame-du-Nord et de Timiskaming First Nation, mais la diffusion en ligne élimine les frontières. « On peut partager notre culture anichinabée et d'autres gens peuvent apprendre à nous connaître de cette manière », exprime fièrement le directeur. Bien qu'il y ait quelques moments dans la programmation où les animateurs parlent en langue algonquine, la quasi-majorité du contenu est en anglais. « C'est pour être sûr que les jeunes comprennent », résume Robert Millette. Le directeur de la station consacre beaucoup de temps à la page Facebook et au groupe de CHNT 92,3 FM. Il estime que c'est un excellent moyen de maintenir un lien privilégié avec les auditeurs. Sa collègue et lui-même publient des photos, des quiz ainsi que les annonces importantes et accordent un espace à la promotion des restaurants locaux en ces temps de pandémie.

Partage et enrichissement

L'ensemble des radios anichinabées forment un groupe d'échange, chapeauté par Caroline Lemire, de l'organisme Minwashin. Robert Millette apprécie ces rencontres et discussions où chacune des radios apporte ses idées uniques. « Nous, par exemple, c'est notre streaming. Dans les réunions, je donne de l'information sur comment faire ça et une autre réserve donne des idées pour autre chose, c'est intéressant! ». Prochainement, un podcast sera lancé. Chaque station en produira deux ou trois et les partagera aux autres en vue de les diffuser.

Des projets plein la tête

Les idées fourmillent dans l'esprit de Robert Millette et plusieurs projets sont déjà entamés. Quand la situation sanitaire le permettra, l'équipe souhaite inviter des musiciens locaux à venir se produire en direct. Pour promouvoir la culture sur le territoire, la station accueillerait également en studio des artistes et des auteurs de la communauté. Éventuellement, le directeur espère pouvoir déménager le studio, qui se trouve dans un endroit temporaire. Il continue d'y travailler, « même si la COVID nous ralentit », de conclure monsieur Millette.

Logo CHNT_web.jpg