S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Des événements plus marquants que d’autres

20 Octobre 2020par : Luc Gélinas

Luc Gélinas est journaliste sportif à RDS et couvre les activités liées aux Canadiens de Montréal depuis 1992. Il a aussi signé plusieurs livres à succès au cours des dernières années, dont Steve Bégin : ténacité, courage, leadership ainsi que les séries jeunesse C’est la faute à… (Hurtubise) et L’étonnante saison des Pumas (Éditions Z’ailées).

Malgré l’immense plaisir que j’éprouve à faire mon travail, je dois avouer qu’une défaite de 3 à 1, en février à Buffalo est vite oubliée. Même chose pour une victoire de 4 à 2 acquise en novembre, en Caroline. C’est pour cette raison que je prends des notes à chaque partie et lors de tous les entraînements. Bien sûr, chaque saison, il y a aussi une poignée de matchs qui s’annonçaient ordinaires et qui s’avèrent finalement assez marquants. À l’occasion, certains deviennent même inoubliables.

On oublie difficilement dix coups de canon un soir à Columbus, la performance d’un jeune comme Ryan Poehling qui marque quatre buts à sa première partie en carrière ou un entraîneur colérique qui pète les plombs. Contrairement aux grands rendez-vous planifiés, on ne sait jamais d’avance quand ces événements se produiront et c’est la beauté de la chose. C’est pareil avec les nombreux voyages. J’ai oublié les bons soupers aux restaurants dans telle ou telle ville, mais je me souviendrai toujours de la fois où le Tricolore a échangé Benoit Brunet et Martin Rucinsky aux Stars de Dallas. Pourquoi? Parce que lorsque la nouvelle est tombée, mon assiette était sur le point d’arriver et j’ai dû partir en vitesse pour retourner intercepter les deux joueurs à l’hôtel avant qu’ils quittent la ville. Je ne me souviens pas de la date, mais je sais que j’étais à Atlanta, que j’avais commandé des sushis et que j’avais payé même si je n’avais pas eu le temps de manger!

L’événement le plus inattendu et surprenant que j’ai vécu sur la route s’est produit à Los Angeles, il y a déjà une quinzaine d’années, au chic Ritz Carlton dans le secteur de Marina Del Rey. Après l’entraînement du Canadien, en arrivant à notre hôtel en compagnie de mon cameraman Christian Champagne, je suis tombé sur l’ancien collègue Yvon Pedneault, complètement abasourdi! Et pour cause, il venait d’apercevoir Ozzy Osbourne, attablé sur la terrasse avec des amis !

Yvon n’avait même pas fini de raconter son histoire que Christian et moi étions déjà rendus sur place pour constater la présence de la star. Ce n’était pas une blague. Le seul et unique Ozzy était bel et bien en train de casser la croûte à notre hôtel. Même si je redoutais qu’il m’envoie paître, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis avancé pour demander une photo en lui disant «We are two big fans from Montreal. May we have a picture with the King of the darkness? » Je sais, le surnom d’Ozzy, c’est le Prince des Ténèbres, pas le roi. Mais je pense qu’il a aimé. Il s’est levé d’un bond, a saisi mon petit appareil photo et l’a donné à son chum en lui disant «Take a picture. I’m gonna danse the french cancan with those two guys! »

J’ai peu de mémoire… mais ça, je ne l’oublierai jamais!

Beton Marik commanditaires.jpg