S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Une tâche colossale pour le CISSS-AT

12 Janvier 2021par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la COVID-19, le 26 décembre dernier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) dispose, à ce jour, d’un nombre limité de doses. Cette contrainte a obligé le CISSS-AT à désigner les groupes prioritaires, à savoir les personnes vulnérables et en grande perte d’autonomie qui résident dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou dans les ressources intermédiaires et de type familial (RI RTF) et les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en contact avec des usagers.

La clientèle vulnérable : une priorité

À noter que lorsque davantage de vaccins seront disponibles, la vaccination sera élargie pour permettre à un plus grand nombre de personnes d’y avoir accès. « L’opération de vaccination qui a commencé à la fin décembre vise en priorité les personnes hébergées dans les CHSLD et leurs proches aidants ainsi que le personnel de santé qui est appelé à être en contact avec des clientèles vulnérables (dont les résidents des CHSLD) ou avec les personnes qui ont obtenu un diagnostic positif à la COVID-19 et qui nécessitent des soins plus aigus, notamment dans notre centre désigné COVID-19, soit l’hôpital de Rouyn-Noranda », fait savoir le CISSS-AT.

— PUBLICITÉ —

Un appel pour les professionnels

Le CISSS-AT a lancé un appel pour une catégorie de professionnels apte à vacciner dans le cadre de sa campagne contre la COVID-19. Il s’agit des acupuncteurs, audioprothésistes, chiropraticiens, dentistes, denturologistes, ergothérapeutes, vétérinaires, opticiens d'ordonnance, optométristes, pharmaciens, podiatres, ambulanciers, technologues (électrophysiologie, imagerie médicale, physiothérapie, prothèses et appareils dentaires), infirmières auxiliaires et infirmières. « Nous préparons d’autres catégories de personnel afin de pouvoir étendre rapidement l’opération de vaccination à d’autres groupes de population sans avoir à délester d’autres services qui requièrent du personnel infirmier », indique le CISSS-AT.

Une pénurie d’infirmières

Devant une pénurie du personnel dans la région, le CISSS-AT n’avait pas le choix de faire appel à d’autres professionnels qui œuvrent dans le domaine de la santé afin de venir en aide et renforcer le personnel du CISSS-AT. « Comme vous savez, nous devons actuellement conjuguer avec une pénurie de personnel (il manque actuellement 160 infirmières dans la région). C’est pourquoi nous ne pouvons compter exclusivement sur les équipes de soins infirmiers des CLSC – plusieurs vaccinatrices d’expérience retraitées ont notamment accepté de joindre les rangs de l’équipe de vaccination aux quatre coins de la région », informe le CISSS-AT.

La décentralisation de vaccination

« En ce qui concerne la MRC de Témiscamingue, comme les autres MRC de la région, nous espérons pouvoir débuter l’opération de vaccination des résidents des CHSLD d’ici la fin du mois de janvier. Les autres groupes de population devraient suivre au rythme de l’approvisionnement en doses de vaccins et en fonction des groupes cibles prioritaires et de la faisabilité logistique – la réception des premières doses du vaccin de Moderna cette semaine facilite d’ailleurs la décentralisation des activités de vaccination dans la région », indique le département de communications au CISSS-AT.