S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Un bilan positif pour les fermes en Abitibi-Témiscamingue

13 Janvier 2021par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

photo : Archives Reflet

L’Abitibi-Témiscamingue a connu une croissance importante du nombre d'exploitations agricoles en 2020. « Depuis quelques années, les modèles de fermes se multiplient dans nos campagnes et la relève est présente et motivée. Les nouveaux exploitants s'établissent dans les quatre coins de la région et appartiennent à tous les groupes d'âge. Ensemble, ils font valoir le potentiel d'un vaste territoire, potentiel qui s'était temporairement camouflé derrière les friches au fils des ans », explique Mathieu Laplante, conseiller régional en relève, agronome en économie et en gestion au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

Un nombre record de nouvelles exploitations

Le MAPAQ a annoncé qu’en 2020, « l'Abitibi-Témiscamingue a enregistré un nombre record de nouvelles exploitations, soit 39 en date du 1er décembre 2020. Toutefois, 11 exploitants ont également cessé leurs activités durant la même période, ce qui se traduit par une croissance nette de 28 exploitations. Il s’agit tout de même d'une augmentation considérable de 5 % par rapport à 2019 ». À noter que les nouveaux exploitants s'établissent dans les quatre coins de la région et appartiennent à tous les groupes d'âge.

— PUBLICITÉ —

La forte présence féminine

Selon les derniers chiffres du MAPAQ, en Abitibi-Témiscamingue, parmi les nouveaux exploitants enregistrés, 65 % étaient des hommes. Toutefois, près de 50 % des nouvelles entreprises étaient exploitées ou coexploitées par des femmes. « À titre comparatif, en date du 31 décembre 2019, les hommes constituaient 70 % des exploitants enregistrés et les femmes, 30 %. Ainsi, la gent féminine prend de plus en plus sa place dans le paysage agricole régional », souligne monsieur Laplante. « L’âge moyen des nouveaux exploitants était de 41 ans, alors que l’âge médian était de 38 ans. Cette dernière information indique que 50 % des exploitants récemment enregistrés avaient moins de 38 ans au moment de se lancer en affaires », ajoute-t-il.

La valorisation de la production

La mise en marché et la transformation continuent de constituer l’un des enjeux les plus importants à surmonter par les nouveaux exploitants. « Un peu moins du tiers des nouveaux exploitants ont indiqué vendre en partie ou en totalité les fruits de leur travail directement aux consommateurs, en mettant à profit les divers canaux de distribution, comme la vente à la ferme, les marchés publics ou encore les médias sociaux. Seulement trois d'entre eux ont indiqué valoriser une partie de leur production par la transformation », précise le conseiller régional en relève, agronome en économie et en gestion.

Capture d’écran 2021-01-13 131856.png

Évolution du nombre d’exploitations agricoles en 2020 par MRC (Source : MAPAQ)