S'abonner au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Bye Bye 2020! Bonjour 2021!

13 Janvier 2021par : Dominique Roy

photo : Michel Roy, maire de Ville-Marie

Si l’on se fie à l’opinion publique, vous étiez plusieurs à attendre l’arrivée de 2021 avec impatience. Nombreux sont ceux qui gardent un goût amer de l’année « vingt vingt ». Que vous en tiriez du bon ou du mauvais, chose certaine, la venue de cette nouvelle décennie ne passera pas inaperçue puisqu’elle a plongé l’entièreté de la planète dans un univers d’inconnu et d’incertitude. Au Témiscamingue, qu'espère-t-on de la nouvelle année? Voilà ce que des gens de chez nous nous ont répondu.

Michel Roy, maire de Ville-Marie

« Pour 2021, je nous souhaite de continuer à encourager nos commerçants, nos artisans et nos producteurs locaux; de constater que notre grand territoire est un défi et une opportunité et que la diversité est une richesse, de garder notre solidarité et notre fierté témiscamiennes, de mettre la collectivité au centre de nos décisions et de nos actions. Et avant tout, je vous souhaite la santé et du bonheur. Bonne année 2021! »

— PUBLICITÉ —

Amélie Cordeau, Directrice générale du Rift

« Le Rift vit LA tempête de plein fouet depuis des mois. Aujourd’hui, et pour l’année 2021, je tiens à remercier tous les gens qui seront présents à nos événements, qui feront la différence pour la continuité de tous les services offerts à la population. L’équipe Rift est connue pour sa résilience et sa passion dans la transmission de la culture aux citoyens du Témiscamingue. Elle vous souhaite une année 2021 nourrie par l’optimisme, des moments doux et de culture qui coloreront vos vies, qui vous feront rire et qui vous émouvront. »

Amelie Cordeau - Credit photo Marie-Pier Valiquette.jpg

Amélie Cordeau, Directrice générale du Rift | Crédit photo : Marie-Pier Valiquette

Pascal Labranche, entrepreneur et président des Titans de Témiscaming

« On se souviendra que j’ai été parmi ceux qui ont testé positif à la COVID-19 durant la première vague et que cette annonce avait suscité beaucoup d’intérêt et de curiosité. La pandémie m’a obligé à repenser ma façon de travailler, moi qui étais toujours d’un bout à l’autre de la province ou du pays. J’ai appris à apprécier le confort de ma maison. Comme mes entreprises font partie de la chaîne d’approvisionnement des services essentiels, elles n’ont pas trop souffert de la pandémie. En ce qui concerne les fameuses résolutions, je pense que j’en ai déjà un bon bout de fait! Ayant plus de temps, je bouge plus, je mange mieux. Mes deux grands souhaits pour 2021 : voir mes enfants à nouveau pour voir grandir ma première petite-fille qui est née en juillet dernier (comme ils habitent en Estrie, ça n’a pas été possible de se voir dans les derniers mois) et reprendre le chemin de l’aréna le vendredi soir pour voir un vrai match de mes Titans! C’est tout ce qui me manque pour être tout à fait comblé! »

Nathalie Cardinal, physiothérapeute et propriétaire de la Clinique de physiothérapie du Témiscamingue

« Pour 2021, je veux continuer de m’impliquer au sein du Complexe des eaux profondes, qui est l’OBNL qui gère le projet de la piscine au Témiscamingue. Nous espérons que 2021 sera l’année où nous présenterons le projet lors d’un appel de subventions et où nous aurons la confirmation qu’il est accepté! Rien de moins! Je veux aussi continuer de promouvoir un mode de vie actif dans le cadre de mon travail comme physiothérapeute et en étant moi-même encore plus active pour ainsi pouvoir courir à nouveau un demi-marathon à la fin de l’été ou à l’automne. »

Mathilde Mantha, agente de développement à la Maison des Jeunes du Témiscamingue

« Pour 2021, j’espère fort et grand que l’on s’inspire des adolescents qui nous entourent. Ces jeunes qui, plus que jamais, sont ouverts sur les autres et sur le monde, qui s’informent et questionnent, qui comprennent, apprennent. Je souhaite que l’on s’intéresse à eux, profondément, afin de saisir ce qui les anime, mais aussi ce qu’ils espèrent et craignent pour la suite du monde. Que l’on sonde leur façon inédite d’envisager la vie et que l’on considère leurs besoins; que l’on ne les oublie pas, même quand ça brasse et que les repères tombent. Finalement, je leur souhaite une année plus douce. »

Mathilde Mantha.jpg

Mathilde Mantha, agente de développement à la Maison des jeunes du Témiscamingue | Photo : Facebook