— PUBLICITÉ—

COVID-19 : Le point de presse du CISSS-AT

21 Janvier 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

À l’écriture de ces lignes, le nombre de cas confirmés en Abitibi-Témiscamingue dans les dernières 24 h est de 8, ce qui augmente à 484 le nombre total de cas depuis le début de la deuxième vague. Le nombre de cas rétablis dans la région a atteint les 400 et une personne est présentement hospitalisée. On compte à ce jour 4 cas actifs au Témiscamingue, 17 dans la MRC d’Abitibi, 9 en Abitibi-Ouest, 21 à Rouyn-Noranda et 32 pour la MRC de la Vallée-de-l’Or. Le CISSS-AT informe la population que ces cas sont majoritairement des contacts de cas déjà en isolement. La santé publique rappelle l’importance d’effectuer un test de dépistage dès l’apparition des symptômes (fièvre, toux, mal de gorge, courbatures, fatigue etc.).

Le parent monoparental

Pour les parents monoparentaux, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue les informe que lorsqu'ils ont la garde de leur enfant, ils doivent restreindre leurs contacts aux personnes qui vivent à la même adresse qu'eux. Lors de la période de la garde de ses enfants, le parent monoparental peut rencontrer son conjoint qui ne vit pas avec eux uniquement pour la tenue d'activités extérieures.

— PUBLICITÉ—

La pandémie et la santé mentale

À noter que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a organisé les 19 et 20 janvier des consultations concernant les effets de la pandémie sur la santé mentale des Québécois. Au cours de ces deux journées de consultations virtuelles, 8 thèmes ont été abordés par plusieurs groupes qui avaient l'occasion de partager leur expertise et leur savoir afin de réfléchir ensemble sur la santé mentale des Québécois en temps de pandémie. Les thèmes des consultations étaient :

  1. Le télétravail et la santé mentale en contexte de pandémie;
  2. La santé mentale des personnes handicapées en contexte de pandémie;
  3. La santé mentale des aînés, des toxicomanes et des gens qui souffrent de psychose en contexte de pandémie;
  4. Les impacts de la pandémie sur l’incidence de l’anxiété, de la dépression et de la psychose;
  5. La santé mentale, la pauvreté et l’exclusion sociale dans le contexte de la crise sanitaire;
  6. Les impacts de la crise sanitaire sur la santé mentale des femmes;
  7. La santé mentale des enfants, des jeunes et des étudiants en contexte de pandémie;
  8. La santé mentale de la population en région en contexte de pandémie.

Pour en savoir davantage et visionner les échanges, les vidéos des deux journées de consultation sont disponibles sur la chaîne YouTube du ministère de la Santé et des Services sociaux.

L’état de la situation épidémiologique

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a tenu aujourd’hui un point de presse dans lequel il a présenté l'état de la situation épidémiologique en Abitibi Témiscamingue. Voici les principaux éléments qui ont été présentés lors de ce point de presse :

  1. Un appel pour l’inscription à la formation des préposés auprès des CHSLD;
  2. La formation pour les préposés auprès des CHSLD va débuter en début février;
  3. Si le nombre de nouveaux cas dans la région connaît une hausse, le nombre de cas actifs, lui, a diminué;
  4. La circulation du virus est actuellement moins importante, mais il est toujours présent;
  5. Le CISSS-AT souhaite que la région revienne à l’orange ou au jaune au cours des prochaines semaines.
Capture-21janvier.JPG

Appel à la collaboration

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue rappelle que « même si le nombre de cas actifs continue de diminuer à l’échelle de la région, il demeure impératif d’appliquer en tout temps les mesures d’hygiène préventives (port du couvre-visage, lavage des mains fréquent, étiquette respiratoire et limitation des contacts sociaux) et de respecter les mesures de confinement (couvre-feu, report des déplacements non-essentiels, limitation des contacts à la bulle familiale) pour limiter la propagation du virus ». Le CISSS-AT réitère qu’il ne faut pas baisser la garde puisqu’il s’agit de l’addition de chacune des mesures préventives qui constitue à ce jour le meilleur moyen de se protéger contre la COVID-19.

Articles suggérés