— PUBLICITÉ—

Le CISSS-AT : Une réorganisation efficiente pour un service efficace

12 Février 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue a entrepris il y a quelques mois une réorganisation temporaire des services. Il s’agit d’une réorganisation forcée par la rareté des ressources infirmières. Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue informe que plus de 50 infirmières de la région ont été réaffectées à des services essentiels, et ce, dans l’ensemble de la région. « Depuis le 23 novembre, plus de 50 infirmières de la région ont été réaffectées à des services essentiels. Malgré cette situation, la présence de 30 infirmières supplémentaires aurait été requise pour combler les besoins en infirmières au sein de ces services essentiels dans l’ensemble de la région », nous a-t-on confirmé.

Une analyse rigoureuse

Pour réussir ce nouveau déploiement des services infirmiers dans des points de services CLSC en milieux ruraux, une analyse rigoureuse des tâches effectuées par les ressources infirmières a été réalisée. Cette démarche visait notamment à optimiser les façons d’offrir les services tout en veillant à répondre aux besoins des usagers. « Pour combler les besoins et offrir les services à la population, les ressources infirmières des équipes concernées effectuent des heures supplémentaires et le CISSS fait appel à de la main-d’œuvre indépendante », souligne le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue.

— PUBLICITÉ—

Maintenir les services essentiels

Selon Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue, les différents constats effectués jusqu’à présent permettent d’annoncer la reprise des services de prélèvements sanguins dans les points de services CLSC de la MRC d’Abitibi-Ouest. Concernant le territoire de la MRC du Témiscamingue, l’offre de service intégrale a repris dans les points de services CLSC. Les priorités et objectifs de cette réorganisation temporaire des services est de « maintenir les services essentiels dans l’ensemble des territoires de la région, éviter les ruptures de services et utiliser de façon optimale les ressources infirmières qui travaillent au sein de l’organisation », nous indique le CISSS-AT.

L’évaluation de personnes symptomatiques

À rappeler que c’est grâce à la contribution d’infirmières retraitées que les prélèvements sanguins sont accessibles depuis janvier, dans les points de services CLSC présents dans la MRC d’Abitibi. En revanche, il subsiste plusieurs défis et contraintes auxquels devrait face le CISSS-AT pour la mise en application de cette décision. « La pandémie engendre une pression supplémentaire sur l’organisation, puisqu’elle limite la mobilité des ressources infirmières, impose le retrait des infirmières immunosupprimées et requiert l’utilisation d’infirmières supplémentaires pour la réalisation de certains services, dont l’évaluation de personnes symptomatiques », nous fait savoir le CISSS-AT. « Les modes de communication du CISSS ne permettent pas de joindre l’ensemble de la population, notamment par l’absence de connexion Internet dans certains secteurs. C’est pourquoi nous avons travaillé en étroite collaboration avec nos partenaires afin de diffuser l’information », a-t-il ajouté.

Une priorité pour l’organisation

Madame Caroline Roy, la présidente-directrice générale du CISSS-AT, a affirmé que l’offre de service de proximité constitue une priorité pour l’organisation. Elle a souligné que « l’engagement des membres du personnel, des médecins et des syndicats permet d’identifier des stratégies novatrices répondant aux besoins de la population ». « Dans ce contexte, au sein de la MRC d’Abitibi et de la MRC d’Abitibi-Ouest, des infirmières retraitées se sont offertes afin que nous puissions réaliser les prélèvements sanguins au sein des points de services CLSC des milieux ruraux. Sur le territoire du Témiscamingue, nous avons été en capacité, à même nos employés, d’assurer la reprise de l’intégralité de l’offre de services en milieu rural », a conclu le CISSS-AT.

Articles suggérés