— PUBLICITÉ—

Art public : la carrière prolifique de Pierre Poussin

22 Février 2021

par : Dominique Roy | Journaliste de l’Initiative de journalisme local

photo : Pierre Poussin

Originaire de New Liskeard, Pierre Poussin voulait devenir scientifique ou médecin. C’est une retraite de méditation de trente jours en Thaïlande qui a complètement changé son destin. Aujourd’hui, il habite à Toronto et il crée des pièces artistiques publiques, extérieures et permanentes de très grand format à travers le Canada. Ses principaux clients sont les villes, les municipalités ainsi que les développeurs de propriétés, d’immobiliers et de complexes condominiums.

Son parcours

Fasciné par les sciences et les mathématiques, Pierre Poussin a fait ses études en biochimie. C’est lors d’un voyage en Asie qu’il a appris à dessiner. Jamais il n’avait envisagé d’étudier en arts, mais sous l’impulsion du moment, il voulait explorer le dessin. Il en est devenu passionné. À son retour au Canada, il s’est inscrit au Sheridan College, à Oakville, en Ontario. Depuis 2006, il est diplômé en conception de meubles et produits et il se consacre à temps plein à de prestigieux projets créatifs d’art public. Sa spécialisation : la sculpture en grand format. « J'adore la sculpture, surtout dans l'espace public, parce qu'elle peut être accessible à tout le monde qui passe par là. Contrairement à une peinture, sa tridimensionnalité permet à une pièce de changer et de se transformer au fur et à mesure que l'on s'y déplace. Une sculpture peut changer et se révéler en fonction directe de votre perspective. »

— PUBLICITÉ—

Ses plus grandes réalisations

L’un de ses premiers et plus grands projets fut la conception d’éclairage pour la ville de Vancouver et les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010. « C'était incroyable de pouvoir participer à un événement d'une telle ampleur. Au départ, le Comité olympique de Vancouver voulait garder la flamme olympique à l'intérieur du stade olympique, ce qui signifiait que le public non payant ne pouvait pas la voir. Le projet a ensuite été changé pour un emplacement extérieur. J’ai donc créé des flammes olympiques en LED numériques, dans le quartier de Yaletown, qui scintillent numériquement pour imiter une flamme allumée. »

L’artiste parle aussi de sa sculpture préférée, Esprit, qu’il a créée pour la ville d’Edmonton. Elle est l’élément central d’un tout nouveau parc public situé au centre-ville. « Esprit est une sculpture en métal découpée au laser, fabriquée avec de multiples pièces d'aluminium en forme de rubans qui cherchent à célébrer, honorer et symboliser l'esprit révolutionnaire d'Alex Decoteau, un héros canadien qui fut le premier Autochtone policier, agent de police, vétéran de guerre, coureur olympique canadien et intronisé au Temple de la renommée des sports d'Edmonton. Pendant tout le processus d'art public, j'ai été en contact avec les descendants directs d'Alex Decoteau, et j'ai eu l'occasion de discuter de nombreux détails avec certains membres de sa famille et de sa tribu indigène. »

01 - Brick Obelisk by Pierre Poussin.jpg

Depuis peu, à l’intersection de Carlaw Avenue et de Dundas Street, à Toronto, les gens peuvent admirer Brick Obelisk, une des dernières œuvres d’art public de Pierre Poussin. Il s’agit d’une sculpture en acier Corten de taille monumentale, 30 pieds de hauteur, qui ressemble à de grandes cheminées fumigènes et industrielles. Cette œuvre célèbre les différentes étapes historiques de ce quartier. « En allant du sol au sommet de la pièce, vous voyez l'évolution de la population de la région. J'ai fait des recherches et j’ai utilisé des cartes de 1851, 1884, 1899, 1923, 1947, 1959 et 2016. Brick Obelisk sert d'archive pour le terrain sur lequel elle est construite, avec des cartes de différentes étapes de son histoire superposées sur un contour élégant et contemporain. La silhouette de la pièce s'inspire des cheminées qui étaient en abondance pendant la période industrielle, avec une touche moderne qui accentue et entrelace les angles et les lignes en un collage de cartes. »

En cours de création

Un projet passionnant sur lequel il travaille actuellement s’intitule Ursa, un grizzly abstrait de 30 pieds de hauteur pour un développement exclusif au bord de l'eau, à Kelowna, en Colombie-Britannique. « Ce sera ma première pièce de métal entièrement coulée. Elle va ressembler à un ruban organique d'aluminium représentant un grand grizzli qui s'occupe de sa communauté. » Cette sculpture sera installée en 2021.

Une carrière prolifique

Lors de la dernière décennie, ses clients sont nombreux on compte entre autres les villes d’Ottawa, de Toronto, de Vancouver et d’Edmonton, Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010, Université Princeton, Université McMaster, Collège Sheridan, CAMH (Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto), Nienkämper Furniture Corporation, Walt Disney Corporation, XM pour Toyota Radio-Canada/Lexus Toronto, Toronto Royal Canadian Yacht Club Peace Bridge Authority de Fort Erie et Buffalo New York, etc. « Dans cinq ans, j'espère avoir créé beaucoup plus de sculptures à travers le Canada et, je l'espère, à travers le monde. »

Articles suggérés