— PUBLICITÉ—

Brydon Burrows, vidéaste de pêche

7 Mars 2021

par : Dominique Roy | Journaliste de l’Initiative de journalisme local

Brydon Burrows (3).jpg

Brydon Burrows est un passionné de pêche et de vidéo. Pour le jeune homme de 18 ans de Temiskaming Shores, ces activités sont beaucoup plus qu’un passe-temps. Elles sont au cœur de son quotidien. Depuis 2016, il publie des vidéos de pêche sur sa chaîne YouTube BB’s Fishing show. Ce divertissement est aussi un processus nécessaire menant à la concrétisation de son objectif ultime : faire de la pêche et de la vidéo un emploi à temps plein. Déterminé et confiant, il a tout mis en place pour réaliser son rêve. L’été, il travaille pour la pourvoirie Ellen Island Camp, un camp de pêche prisé sur le Lady Evelyn Lake, et pendant l’année scolaire, il étudie au Collège Boréal à Sudbury en environnement forestier et faunique.

— PUBLICITÉ—

La pêche

« J’ai commencé à pratiquer la pêche très jeune. Mes parents m’amenaient au parc provincial Finlayson Point et je passais la plupart de mon temps sur les quais en essayant d’attraper des poissons. » C’est son père qui lui a transmis cette passion. Il lui a fait découvrir les beautés de la nature, il l’a initié à la pêche et à la chasse, il lui a fait vivre des aventures et des activités d’exploration. Déjà, à 14 ans, il savait que la pêche serait au centre de sa vie, et depuis, il profite de toutes les occasions qui lui sont offertes pour vivre sa passion au maximum. Été comme hiver, Brydon Burrows pêche. « En hiver, il y a beaucoup plus d’opportunités en motoneige, puisqu’il y a des endroits qui ne sont pas accessibles facilement en été. » Ce qu’il aime plus particulièrement, ce sont toutes les émotions contradictoires qui se bousculent. Le sentiment de paix, de calme et de tranquillité lié à l’environnement se mêle à l’excitation de l’expédition et de l’inconnu par rapport à chacune de ses prises. Pour lui, la sensation est indescriptible.

Brydon Burrows (2).jpg

La vidéo

Son ami avait déjà une chaîne YouTube, et c’est ce qui a piqué sa curiosité. L’idée lui est donc venue de réaliser des vidéos de pêche. Ce passe-temps est une façon de développer sa créativité. « Créer des vidéos et les publier sur YouTube pour que d’autres puissent les regarder me donne un sentiment de satisfaction, notamment quand les gens me donnent des commentaires positifs en retour. » Dans ses vidéos, filmées lors de ses excursions, il partage ses histoires, ses anecdotes tout en fournissant de l’information sur les leurres qu’il utilise pour les différentes espèces de poisson et sur ses techniques de pêche. Comme tout bon pêcheur, ses réponses demeurent vagues quant aux endroits où se situent ses lacs de prédilection. « La plupart sont dans la région nord de l’Ontario et j’ai quelques séries d’épisodes filmées en Floride. » Le cinéaste est bien entouré pour produire ses vidéos : son père, Barry Burrows, est presque toujours en sa compagnie et ses amis, Jacob Rivet, Adam Shillinglaw et Erid Seed, collaborent également à l’occasion.

Brydon avoue que la production de vidéos coûte cher. « J’ai au moins trois mille dollars investis dans mon équipement vidéo et facilement le même montant pour mon équipement de pêche. Évidemment, ceci n’est pas nécessaire, mais pour moi, c’est important parce que je veux créer des vidéos de haute qualité pour les personnes qui les regardent. » Pour chaque déplacement, il lui faut aussi calculer l’essence pour le camion, la motoneige, le bateau, etc. « Pour payer ceci, j’utilise l’argent que je fais l’été. De plus, les gens qui achètent des t-shirts, des hoodies et des calendriers aident financièrement à la production de mes vidéos. » En effet, sur son site Web https://bbfishn.godaddysites.com/, il est possible de se procurer des objets promotionnels à l’effigie de sa marque.

Brydon Burrows (1).jpg

À l’école secondaire, Brydon a suivi un cours de photographie avec Lise Gravel. Cette dernière perçoit son ancien élève comme un véritable modèle de persévérance et de volonté. « Éditer des vidéos de façon constante, sur YouTube, requiert vraiment un dévouement et une détermination. Avoir un rêve, c’est bien, mais tenir bon, persévérer et foncer à travers les multiples fois où l’on ne réussit pas, c’est ce que Brydon démontre. Il faut être nourri d’une vraie passion pour consacrer autant d’heures à la production d’une vidéo de quelques minutes sans savoir si elle intéressera les gens. C’est vraiment avoir une soif pour la satisfaction personnelle. » Brydon Burrows s’est fixé un but et il fournit tous les efforts nécessaires pour l’atteindre. À un si jeune âge, c’est ce qui impressionne l’enseignante.

Articles suggérés