— PUBLICITÉ—

Recrutement de bénévoles : Un mandat de plus en plus difficile

23 Avril 2021

par : Dominique Roy

photo : Archives Reflet

Il serait facile de blâmer la pandémie, puisqu’elle a le dos large, mais le recrutement de bénévoles semble une problématique inquiétante depuis quelques années déjà, notamment dans le domaine des sports et des loisirs au Témiscamingue. Plusieurs organisations sont à bout de souffle et peinent à survivre par manque de ressources humaines et non pas de ressources financières.

Nicolas Bergeron était responsable du Club de tennis de Ville-Marie depuis 2014. L’an dernier, par manque de bénévoles, il s’est vu dans l’obligation de redonner les clés à la municipalité. « Le Club de tennis a besoin de bénévoles pour installer les filets, faire les réparations, l’entretien, donner des cours, vendre les cartes de membres. Le plus demandant, c’est quand il y a de la pluie. Il faut aller éponger le terrain. Les gens veulent s’impliquer pour une soirée de temps en temps, mais pas pour faire les suivis pendant tout l’été. Pendant deux étés, on était chanceux parce qu’on avait un jeune intéressé à donner des cours, mais là, on n’avait plus personne. J’aime le tennis, mais c’était rendu que Daniel Gagnon et moi, on passait plus de temps à gérer tout ça qu’à jouer. » Dans un tel contexte, monsieur Bergeron a décidé de redonner le plein contrôle du club à la municipalité. Manon Gauthier, directrice du Service des loisirs et des sports, tentera de relancer le club, en espérant que des mains se lèveront pour mettre l’épaule à la roue.

— PUBLICITÉ—

Impliqué au niveau des sports scolaires, notamment comme entraîneur de volleyball à Marcel-Raymond, Nicolas Bergeron remarque la même tendance. Il avoue qu’il est difficile de trouver des entraîneurs à moyen et à long terme. « On vit dans une société de loisirs. Les gens veulent avoir du temps pour pratiquer leurs loisirs et non pour le passer à faire du bénévolat. Bien souvent, les parents préfèrent payer plutôt que de s’impliquer, donc on manque de monde. »

De son côté, Pascal Lafrenière s’apprête à quitter la présidence du club de soccer FC Témis après six ans d’implication. Le membership se porte bien, mais c’est le manque de bénévoles qui le préoccupe. Souvent, ce sont les mêmes parents qui entraînent les jeunes au soccer et qui font partie du conseil d’administration, ce qui crée un essoufflement menant à une implication qui se termine au bout d’une année ou deux. Donc, la recherche d’une relève est constante. « Pendant un moment, on était sept ou huit sur le CA. C’était plus facile d’être dynamique et de proposer des choses et de faire du happening. Tu ne t’essouffles pas, mais là, on est parfois deux ou trois sur le CA, donc c’est plus difficile d’accueillir les jeunes et de leur offrir une super expérience comme j’aurais aimé le faire. » L’Assemblée générale annuelle du Club de soccer FC Témis aura lieu le mardi 20 avril. Il espère que les bénévoles se manifesteront.

IMG_4765.JPG

Nathalie Cardinal, quant à elle, fait partie de plusieurs organisations sportives au Témiscamingue. Le premier exemple qui lui vient à l’esprit quand on lui parle du recrutement de bénévoles, c’est le badminton. « L’an passé, c’était ma dernière année et cette année, une chance qu’Isabelle [Lepage-Gagné] a accepté de prendre la relève, parce qu’il n’y aurait pas de badminton du tout au secondaire. Nous étions quatre entraîneurs l’an passé, et cette année, elle se retrouve seule. » Aussi, elle remarque que ce sont souvent les mêmes qui s’impliquent.

Optimiste de nature, Nathalie Cardinal garde espoir. « Je suis impliquée au sein du Festival des saines habitudes de vie Triathlon Desjardins et cette année, nous avons plusieurs nouveaux au sein de notre comité. C’est super et j’espère qu’ils sauront persévérer dans leur implication. Pour mon implication au sein du Complexe des Eaux profondes pour avoir une infrastructure aquatique au centre du Témis, ça va aussi très bien pour l’instant. Disons que c’est un dossier qui suscite beaucoup de passion, alors je m’attends que ce sera relativement facile de se trouver des bénévoles le temps venu. Les gens ne réalisent pas toujours que s’ils s’impliquaient, ne serait-ce qu’un peu, ça deviendrait moins lourd pour l’ensemble des bénévoles. Et je crois que c’est important de dire que c’est super valorisant de faire du bénévolat. Ça nous fait grandir et on apprend plein de choses sur nous. Il faut encourager les gens à en faire! »

Articles suggérés