— PUBLICITÉ—

Les EnVERTdeurs : Un premier projet de permaculture

30 Avril 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Permaculture Envertdeurs.jpg

Les EnVERTdeurs passent finalement à la mise en œuvre de leur projet tant attendu de permaculture. « Notre but chez les EnVERTdeurs est de favoriser la biodiversité, de montrer d'autres façons de faire et de partager les connaissances et les récoltes, ce que nous faisons depuis le début avec nos bacs à partager », explique d’entrée de jeu Alex Brun du comité les EnVERTdeurs à Ville-Marie.

— PUBLICITÉ—

Prendre soin de la nature

La permaculture permet de transformer, avec du temps et beaucoup de travail, un espace fortement dégradé en espace productif. « L'éthique de la permaculture vise principalement la prise en soin de la nature, c’est-à-dire des sols, des forêts, d’eau et de l'air. Également, prendre soin de l’humain, c’est-à-dire de soi-même, de la communauté et des générations futures, mais aussi de partager équitablement, limiter la consommation et partager le surplus. Donc c'est tout naturellement que nous avons choisi de faire de ce projet notre vitrine permaculturelle », poursuit-il.

Améliorer l’environnement

Les EnVERTdeurs débuteront prochainement un premier aménagement à l’ACTIA, sur la rue Sainte-Rose. Il s’agit d’une belle suite aux bacs à légumes et au poulailler mis en place l’été dernier. « Nos attentes sont notamment de faire connaître la permaculture et inciter plus de gens à mettre en pratique ces principes de base. Favoriser les échanges entre les participants de l’ACTIA et la population en général tout en améliorant l’environnement de ce centre de jour. Transformer un site dégradé en un site biodiversifié qui devient productif pour de la nourriture ou des plantes médicinales », fait savoir Adèle Beauregard des EnVERTdeurs au Témiscamingue.

2. Un nouveau projet pour les EnVERTdeurs.jpg

L’optimisme est au rendez-vous

Le défi est de taille, mais les EnVERTdeurs ont confiance d'avoir de bons résultats. « Il est clair que nous n’avons pas choisi l’endroit le plus facile. Il est face au Nord, puisque le bâtiment de l'ACTIA cache le soleil du sud, et le sol est très dégradé. C'est pourquoi nous voulons réhabiliter ce lieu et offrir aux participants de l'ACTIA un cadre plus plaisant », conclut Alex Brun.

Articles suggérés