— PUBLICITÉ—

Aire ouverte : Une nouvelle approche pour les jeunes

3 Mai 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid | Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le réseau de la santé veut faciliter l’accès pour les jeunes. Les objectifs du programme nommé Aire ouverte sont principalement de joindre une clientèle âgée de 12 à 25 ans qui hésite à consulter par les voies traditionnelles du Réseau de la santé (peur du jugement, démarches plus complexes, hésitations personnelles, horaire non adapté, etc.) mais qui pourraient avoir besoin de services.

Une accessibilité plus facile

Le CISSS-AT explique que Aire ouverte propose un milieu extérieur des murs des établissements du réseau de la santé dans lequel les jeunes peuvent recevoir plusieurs services sous un même toit. Un des aspects importants dans la philosophie du projet est l’implication essentielle des jeunes dans la prise de décisions. « On est vraiment pour et par les jeunes. Il est également visé d’avoir une accessibilité plus facile pour la clientèle, notamment en ayant des heures d’ouverture différentes (ex.: ouverture en soirée, les fins de semaine, etc.) », a indiqué l’équipe de relations avec les médias du CISSS-AT.

— PUBLICITÉ—

Pas de dédoublement de services

La Côte-Nord a été la première région à accueillir une clinique Aire ouverte et il s’agit d’une initiative du ministère de la Santé et des Services sociaux lancée en 2018 et qui commence à s’étendre dans les régions du Québec. « Bien sûr, un des aspects importants à considérer est qu’Aire ouverte ne veut pas dédoubler les services déjà offerts par le milieu communautaire, mais bien venir s’implanter en complémentarité avec les services déjà en place par les différents organismes. Cela requiert donc une concertation importante et primordiale non seulement avec les jeunes, mais aussi avec les autres organismes du milieu qui sont bien implantés et qui connaissent bien leur réalité locale. »

3. Des services repensés pour les jeunes-min.jpg

Des services plus adaptés

Le CISSS-AT veut rejoindre les jeunes d’une façon différente des voies traditionnelles. « L’objectif principal d’Aire ouverte demeure centré sur la clientèle, car c’est la raison première de ce projet. Un autre objectif est de pouvoir dépister les jeunes de 12 à 25 ans en situation de besoin afin de pouvoir leur offrir des services les plus adaptés possibles à travers une approche de santé globale (plusieurs services au même endroit) », souligne l’équipe des relations médias.

Une clinique mobile?

Le projet, qui est à ses débuts dans le déploiement, vise la mise en place d’un comité directeur de concertation qui va pouvoir définir la forme plus concrète entourant l’implantation d’Aire ouverte. « Le comité pourrait proposer la mise en place d’espaces physiques fixes à l’intérieur de certains locaux, comme il pourrait aussi recommander la mise en place d’une clinique mobile, comme il en est déjà le cas dans d’autres régions de la province. Ainsi, les prochaines attentes sont vraiment de définir un plan concret de mise en place d’Aire ouverte, ce plan doit être déposé au MSSS à la fin du mois de mai et les suites pourront s’enclencher à ce moment. »

Une structure intégrée

Le souhait du CISSS-AT est d’avoir une structure de gouvernance bien intégrée dans les milieux où Aire ouverte sera implanté. « Une structure inclusive dans la gestion de ce projet est primordiale pour en assurer la pérennité et pour s’assurer de toujours demeurer en contact direct avec les besoins des jeunes de 12 à 25 ans afin de leur donner la réponse la plus optimale possible, tenant compte des ressources disponibles pour le projet. »

Une répartition adéquate des ressources

Il est prévu que le projet bénéficie de l’équivalent de neuf intervenants terrain pour l’ensemble de l’Abitibi-Témiscamingue, indépendamment du titre d’emploi. Aire ouverte ne pourra pas répondre à tous les besoins de la clientèle et des priorités seront établies. Ainsi, une des premières tâches qui devra être effectuée par le comité directeur sera d’identifier sous quelle forme Aire ouverte pourra se développer, en gardant en tête de répondre de la façon la plus optimale possible aux besoins des jeunes. Le CISSS-AT souhaite s’assurer d’une répartition adéquate des ressources pour bénéficier d’un impact réel sur le terrain. »

Multiples partenaires…

Il y a aussi la situation actuelle qui complique le dossier; la pénurie de personnel dans l’ensemble du réseau de la santé. Le recrutement d’intervenants dans certains titres d’emploi devra se faire en analysant bien l’ensemble des impacts potentiels et en tenant compte des ressources réellement disponibles. Cela dit, la gouvernance du projet inclut de multiples partenaires (jeunes, réseau communautaire, santé, milieu scolaire, policiers, etc.). « Nous n’avons aucune inquiétude quant à la créativité et à l’implication que ce comité pourra démontrer dans la construction du projet », conclut l’équipe des relations avec les médias du CISSS-AT.

Articles suggérés