— PUBLICITÉ—

La bougie d'allumage

25 Mai 2021

par : Martin Héroux

photo : Odette Caron

Originaire du Témiscamingue, Martin Héroux est un comédien québécois que l’on a eu la chance de voir tant à la télévision que sur les planches. C’est en 1995 que le grand public le découvre avec 4 et demi… On peut aujourd’hui le voir dans Alix et les merveilleux, 5e rang et District 31.

Savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Phrase qui peut sembler simple en apparence, mais qui est incommensurablement profonde et incontournable pour la continuité de notre parcours ici-bas.

— PUBLICITÉ—

Je m’explique. Je vous jase depuis quelques mois de mon humble route sur ce sentier du monde des arts, de la scène, des plateaux de tournage. Mais chose certaine, une carrière, quelle qu’elle soit, a à la clé, une bougie d’allumage qui fait exploser, ou non, une vie au cœur de notre passion. On a beau faire une école de théâtre, prendre des cours de perfectionnement, rencontrer la chance et qu’elle nous sourit, reste qu’une chose, une poussée primaire fasse de nous, ou non, une personne, un artiste qui aura un coup de main supplémentaire, une étoile de plus dans son cahier pour aller plus loin, plus haut.

J’ai eu cette incommensurable chance de tomber sur des personnes, signifiantes sur mon chemin de vie, et sur mon parcours artistique. Pour jouer dans la cour des grands, il faut que des plus grands que nous fassent une passe, volontaire ou non, et nous donnent un coup de pouce salvateur et révélateur qui nous fera pousser des ailes.

Dans mon cas, c’est un trio extraordinaire, et qui sévit toujours à l’heure où l’on se parle dans notre Témiscamingue bien-aimé, qui a allumé le brasier de ma carrière. Trois noms : Yvette Duquette, Réal Couture et Odette Caron. Plusieurs d’entre nous sont passés dans leurs filets, ou entre leurs mains de maîtres. Car il faut appeler un chat un chat, ce sont des maîtres. Yvette, avec son Show-Son-Art à l’École Marcel-Raymond, a donné une confiance et une chance première à ceux qui voyaient que la scène leur donnerait une visibilité et une chance de sortir du lot ou de faire valoir leurs talents. Quand on se cherche à l’heure de l’adolescence, une femme comme Yvette Duquette donne cette étincelle, cette petite chance qui off re à nos jeunes premières années, ce petit plus ou qui colore notre embryon de personnalité qui ne cherche qu’à s’épanouir. Merci, Yvette pour toutes ces petites lumières que tu as si délicatement allumées dans toute ta brillante carrière. Faire une différence pour quelqu’un, c’est lui sauver la vie sans que cette personne le sache elle-même, ce fut le cas dans mon histoire.

Réal Couture maintenant. Pour ma part, ce fut ce feu de joie, cet adulte signifiant qui nous donne confiance. C’est un homme, un enseignant qui donne de son temps, de sa passion simple et saine pour un art qui n’est pas si répandu dans notre milieu régional, le théâtre. Voici un homme, et son épouse, ne manquons pas de souligner l’apport extraordinaire de son amoureuse Jacinthe Lavigne, dans cette passion de faire vivre et vibrer le goût de la scène chez des ados. Réal fut un modèle, une bougie d’allumage, je n’ai pas assez de lignes disponibles ici pour vous dire tout le bien que cet homme a fait et a donné à ma carrière. Merci, Réal, et bravo pour ta passion qui continue d’allumer et de nourrir ce feu théâtral au Témiscamingue. Donner confiance en nos jeunes, c’est le propre d’un passeur, d’un vrai enseignant qui donne le goût de propager le goût de bien faire et de persévérer dans la vie, sur scène ou ailleurs. Merci, Réal pour nous avoir fait entrer dans l’âge adulte en nous montrant que c’était un monde accessible et beau.

Odette Caron.jpg

Odette Caron. Cette femme, cette grande femme de théâtre, qui a choisi de venir vivre au Témiscamingue voilà bien des années, a fait pousser une compagnie théâtrale de premier plan dans notre région : Le théâtre de la Crique. Avec des jeunes de l’époque : Mychel Chénier, Paule Tardif, Sylvie Dugré, Jacinthe Bélanger, etc. Odette a tissé la toile d’une compagnie professionnelle qui a enfilé les créations et les succès, par de nombreux théâtres d’été et créations qui n’avaient rien à envier à n’importe quelle compagnie au Québec. Elle a su faire confiance au p’tit Héroux un été de 1988 et depuis ce temps, depuis cette extraordinaire opportunité, depuis ce regard qui reconnaissait en moi un potentiel talent professionnel, je fus happé par ce monde dévorant de la scène. Une autre adulte signifiante qui a allumé et qui a passé ce feu de la vie, de l’exploration de l’âme humaine. Merci, Odette. Merci à mon amie à vie, à une bâtisseuse, une pionnière, une femme grandiose.

Je pourrais vous en jaser tellement plus longuement. Ces trois personnes ont donné des ailes, des coups de pouce, des voix, une voie à plusieurs. Sachons reconnaître ces maîtres qui nous ouvrent les portes de l’âge adulte. Soyons à notre tour ces adultes signifiants pour nos enfants, pour ceux et celles qui nous suivent dans cette magnifique expérience qu’est la vie, bien éphémère, sur cette magnifique boule bleue.

Sachons dire, merci!

nouveaute-printemps-fb.jpg

Articles suggérés