— PUBLICITÉ—

Dépendre de l’essence à 1,50 $ le litre

9 Novembre 2021

par : Samuel Lessard

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

— PUBLICITÉ—

L'équipe du Reflet tient à féliciter Samuel pour sa mise en nomination dans la catégorie Meilleure animation : magazine de services pour RPM+ saison 6. Bravo!

Rappelez-vous l’an dernier, au début de la pandémie, le prix de l’essence a baissé jusqu’à 0,75 $ le litre. Tout le monde était content. Enfin, de l’essence pas chère. Au grand bonheur des propriétaires, il en coûtait alors moins de 100 $ pour faire le plein d’un camion pleine grandeur – et encore pas mal moins pour une voiture ou un VUS de petite taille –, un montant tellement bas que plusieurs ne se souviennent même pas quand ils l’avaient vu la dernière fois.

Ce qui s’en est suivi est encore plus impressionnant : les ventes de camions et de VUS énergivores ont bondi. C’est comme si le faible coût du litre de l’essence avait occulté la consommation de carburant et que les consommateurs avaient alors été davantage séduits par l’espace, le confort et le style que découragés par le rendement à la pompe de ces gros véhicules.

Mais le prix de l’essence attendait les consommateurs dans le détour; il n’a pas cessé de grimper depuis pour atteindre, il y a quelques semaines, un autre chiffre que nous n’avions pas vu depuis longtemps : 1,50$/litre. Du coup, faire le plein du même camion pleine grandeur coûte maintenant presque deux fois plus cher, soit plus de 150 $ avec de l’essence ordinaire ou même plus de 200 $ si vous utilisez du carburant à indice d’octane 91. Et pourtant, vous n’allez pas plus loin!

Et c’est là que ça frappe : nous sommes dépendants de l’essence et, surtout, des aléas de son prix au litre. Si vous voulez vous déplacer avec votre véhicule, vous n’avez pas le choix de payer pour vous procurer du pétrole, dont le prix peut passer du simple au double en à peine un an.

Les plus réactifs feront exactement la même chose qu’en début de pandémie : changer de voiture, mais cette fois-ci pour en avoir une qui consomme moins de carburant parce que soudainement, ça devient une priorité. Mais si vous avez lu mes précédentes chroniques publiées ici même, vous vous souvenez que changer de voiture peut souvent coûter plus cher qu’on ne le croit!

En terminant, la seule façon de ne plus être dépendant du pétrole dans ses déplacements est d’utiliser un moyen de transport alternatif comme le vélo ou la marche ou encore de s’acheter une voiture électrique. Par ailleurs, plus le prix du litre d’essence est élevé, plus les véhicules électriques sont avantageux. En effet, le prix de l’électricité est constant et n’est pas influencé par l’arrivée prochaine d’un congé ou encore par les décisions de l’Organisation de pays exportateurs de pétrole (OPEP). Et, à bien y penser, aussi bien être dépendant d’une ressource qui est produite ici et dont tous les profits restent chez nous!

BReton commanditairev2.jpg

Articles suggérés