— PUBLICITÉ—

Des légendes

3 Mai 2022

par : Luc Gélinas

photo : La première photo que Luc Gélinas a prise en compagnie de Guy Lafleur.

Luc Gélinas est journaliste sportif à RDS et couvre les activités liées aux Canadiens de Montréal depuis 1992. Il a aussi signé plusieurs livres à succès au cours des dernières années, dont Steve Bégin : ténacité, courage, leadership ainsi que les séries jeunesse C’est la faute à… (Hurtubise) et L’étonnante saison des Pumas (Éditions Z’ailées).

Au cours d’une longue carrière en journalisme, il y a des couvertures particulières que l’on n’oubliera jamais. Le 10 décembre 2014, de surcroit le jour de mon anniversaire, en est le parfait exemple alors que je me suis retrouvé à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde pour les funérailles de Jean Béliveau. Jamais je ne pourrai oublier cette triste journée et ce sera la même chose pour le 3 mai 2022, journée des obsèques de Guy Lafleur.

Ces deux grands hommes ont marqué l’histoire de la LNH. Plus encore, ils ont aussi forgé l’histoire du Québec et leur légende va au-delà du monde du sport. Ces deux légendes ont un point en commun et c’est peut-être ce qui explique le profond attachement envers eux. Jean Béliveau et Guy Lafleur vouaient un respect énorme à toutes les personnes qu’ils croisaient. Au risque de vous décevoir, si vous possédez une photo ou un objet signé par l’un d’eux, ne vous fiez pas là-dessus pour vous payer un souper au restaurant. Un ami collectionneur professionnel m’a expliqué qu’ils ont tellement signé d’autographes que ce genre d’items est disponible à profusion sur le marché. Tout le contraire de Ken Dryden!

À mes débuts à RDS, j’ai eu le privilège de couvrir la toute dernière journée de travail de monsieur Béliveau avec les Canadiens. Il m’avait accueilli dans son bureau au deuxième étage du vieux Forum, et malgré un agenda extrêmement chargé, j’avais l’impression qu’il n’avait que moi à rencontrer. Guy se comportait exactement de la même façon. Je l’ai très peu couvert comme joueur. Peut-être même jamais, car je n’ai aucun souvenir précis d’entrevues avec lui dans l’uniforme des Nordiques. Mais Guy, le retraité, c’est une autre histoire!

Luc et Guy.jpg

On pouvait se croiser quatre ou cinq fois par année dans différents événements caritatifs ou même à son restaurant. Je me souviens parfaitement de notre toute première rencontre. C’était lors de l’été de 1991. Nous étions assis à la même table après un tournoi de golf et je lui avais timidement demandé si on pouvait prendre une photo ensemble. Bien sûr, il avait accepté, mais il avait même proposé que l’on sorte pour profiter d’un plus beau décor! Et après ça, chaque fois que je le croisais, il me lançait toujours jovialement un beau « Salut, mon Luc, comment ça va? ». Il m’avait refilé son numéro de téléphone et j’en suis même venu à croire que nous étions amis! Dans le fond, nous n’étions bien honnêtement que des connaissances.

J’ai réalisé ça le jour de son décès. Dans mon bureau, je n’avais qu’une seule photo en compagnie du Démon Blond. Pourtant, j’ai en ai certainement plus d’une vingtaine. Si elles ne sont pas accrochées au mur, c’est que dans mon esprit, ce n’étaient que des souvenirs de rencontres banales avec un chum. Et la seule où je pose avec Guy, c’est parce que nous sommes avec Jean Béliveau alors que je souris fièrement au centre des deux légendes.

Je vais donc ajouter quelques photos avec Guy, dont la toute première… même si elle ne m’avantage pas du tout!

BMR VM commanditaire.jpg

Articles suggérés