— PUBLICITÉ—

Voiture électrique en région éloignée : est-ce viable?

8 Décembre 2020

par : Samuel Lessard

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

Il n’y a pas si longtemps, je parcourais encore les routes pour prodiguer des soins à domicile. Ce travail que j’ai chéri pendant longtemps m’a amené dans tous les recoins du Témiscamingue au volant de ma toujours fidèle Volkswagen Jetta TDI 2003, maintenant en repos dans mon garage.

— PUBLICITÉ—

Par élan de nostalgie, je me questionne parfois à savoir quelle voiture neuve je choisirais aujourd’hui pour parcourir tout ce kilométrage. Bien que mon choix alterne entre différents véhicules, il y a une constante : il s’agit toujours d’une voiture électrique.

Pourquoi? Premièrement, parce qu’elle ne coûte pas cher à rouler. Deuxièmement, parce qu’elle demande un entretien plus simple et moins coûteux qu’une voiture à essence. Troisièmement, parce que certains modèles sont éligibles à des rabais gouvernementaux qui vont jusqu’à 13 000 $. Quatrièmement, parce qu’on n’a jamais besoin d’arrêter faire le plein. Et par-dessus le marché, on ne pollue pas quand on roule!

Je suis toutefois convaincu que ce ne sont pas les premiers points qui vous sont venus en tête quand vous avez lu les mots : « voiture électrique ». Vous avez surement pensé à l’autonomie limitante des voitures électriques et le temps de recharge interminable, deux préjugés qui collent à la voiture électrique comme une sangsue à la peau et qui l’empêchent de prendre son envol hors des grands centres urbains. Tentons de relativiser.

Il est vrai que leur autonomie avoisinant les 400 km par temps clément peut sembler limitante de prime abord. Il est toutefois tout aussi vrai que la très grande majorité des automobilistes parcourent moins de 80, voire 60 km par jour. 400 km – qui peut descendre à 250 km en hiver en raison de la rigueur du climat – est donc amplement suffisant.

Dans le train-train quotidien, la recharge n’est pas un enjeu. Généralement, la voiture est branchée pendant la nuit et se recharge alors que vous dormez, de sorte que vous disposez de 400 km tous les jours. Évidemment, ça se complique quand vous sortez de la région. Vous devez alors vous rabattre sur les bornes de recharge rapides, qui sont parfois disponibles en nombre limité, parfois peu puissantes. Mais ça s’améliore continuellement! Et heureusement, une multitude d’applications mobiles existe pour vous aider à planifier vos déplacements.

Là où je veux en venir, c’est que lorsqu’on s’y attarde vraiment, la voiture électrique est une option plus que viable, peu importe l’endroit où vous demeurez. Une bonne manière de l’apprivoiser est de remplacer votre voiture secondaire par un véhicule électrique. Vous goûterez alors aux avantages financiers qu’elle apporte tout en ayant encore un autre véhicule à essence pour vos déplacements plus lointains. Vous constaterez alors que les désavantages sporadiques inhérents aux voitures électriques sont compensés par les avantages quotidiens qu’elle propose. Et je fais même le pari que, comme la presque totalité des gens qui font le saut, vous ne reviendrez pas en arrière!

BReton commanditairev2.jpg

Articles suggérés