— PUBLICITÉ—

La fièvre du cabriolet

9 Mars 2021

par : Samuel Lessard

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

Avec l’hiver qui tire à sa fin – en tout cas, selon le calendrier – plusieurs consommateurs seront pris de ce qu’on peut appeler « la fièvre du cabriolet ».

— PUBLICITÉ—

Les conditions sont réunies pour une récidive : les journées rallongent, il fait beau, on a envie de profiter de l’été et les voyages se feront vraisemblablement assez rares encore cette année, gracieuseté de cette pandémie qu’on apprend à apprivoiser. « L’auto pas de toit », comme l’appelle mon neveu de trois ans et demi, regagnera invariablement en popularité.

Le problème est cependant le suivant : les voitures cabriolet sont de plus en plus difficiles à dénicher. Dans le neuf, des modèles jadis très populaires comme la Chrysler Sebring, la Chrysler 200, la Toyota Solara ou encore la Volkswagen EOS brillent maintenant par leur absence. Pourquoi? Ils ne sont pas assez rentables. Dans un contexte où chaque sou compte, les constructeurs automobiles sont vite sur la gâchette pour éliminer les modèles les moins populaires. Chose certaine, il y a un parallèle à faire avec une chronique que j’écrivais il n’y a pas si longtemps, dans laquelle je parlais du sort similaire réservé aux petites voitures abordables.

Mais soyez sans crainte, il reste encore quelques modèles. Pensons d’abord à la Mazda MX-5, mieux connue autrefois sous le nom de Miata. Il y a aussi la Mini Cooper Cabriolet, voiture qui se démarque elle aussi par son plaisir de conduite.

Ceux qui recherchent plus d’espace ou encore à satisfaire un élan de nostalgie préfèreront sans doute le duo de « Muscle Car » composé de la Chevrolet Camaro et de la Ford Mustang. Disponibles avec plusieurs motorisations, allant du 4-cylindres turbocompressé au V8 surpuissant, elles sont les seules véritables options relativement abordables de cabriolet à quatre places avec un bon espace de chargement.

Et c’est tout! Seulement quatre modèles! À moins d’y aller pour une voiture de luxe.

En effet, BMW, Mercedes-Benz et Audi sont parmi les trois constructeurs à fabriquer le plus de cabriolets. Des petites deux places aux grandes quatre places, il y en a pour tous les goûts, tant qu’on est prêt à décaisser. Comptez un minimum de 60 000 $ pour une voiture de luxe décapotable neuve. Ouch!

Mais, rassurez-vous, pas besoin de s’égarer dans ces véhicules luxueux pour se faire dorer la couenne au volant d’une voiture. La meilleure option demeure, à mon avis, la Mazda MX-5, neuve ou d’occasion. Petite voiture immensément agréable à conduire, facile à apprivoiser, facile à trouver et surtout très fiable. Quoi demander de plus? Du soleil! C’est donc le temps de mettre vos chapelets sur la corde à linge!

BReton commanditairev2.jpg

Articles suggérés