— PUBLICITÉ—

L’obsession du paiement : la mauvaise manière de magasiner une voiture

13 Avril 2021

par : Samuel Lessard

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

— PUBLICITÉ—

La majorité des gens savent quelle part de leur budget ils souhaitent consacrer à l’automobile. Certains doivent composer avec 500 $ de paiement mensuel, alors que d’autres sont à l’aise de consacrer 300 $ par semaine. Peu importe le montant et la périodicité du prêt, le paiement devient rapidement une obsession quand on magasine une voiture. D’ailleurs, l’une des premières questions posées par le représentant du concessionnaire est : combien voulez-vous mettre par mois?

En répondant simplement à cette question, la majorité des acheteurs font une erreur qui finit par leur coûter cher.

Rien de mieux qu’un exemple. Vous mettez les pieds chez un concessionnaire avec l’idée d’avoir un VUS compact à quatre roues motrices avec sièges chauffants, toit ouvrant et hayon électrique pour un maximum de 400 $ par mois. Le vendeur vous propose son plus récent modèle, à 395 $ par mois taxes incluses, avec tout l’équipement que vous voulez. Vous êtes comblé, vous signez en bas de la feuille, tout le monde est content!

Nissan Rogue Platinum 2021-2.jpeg

Le problème est le suivant : comme vos exigences étaient serrées, le vendeur n’a pas eu le choix de financer votre véhicule pendant 96 mois – oui, huit ans! – à un taux d’intérêt de 5,99 %. Hélas, c’était la seule manière possible d’avoir l’équipement que vous vouliez tout en respectant votre budget. Le vendeur, voulant faire une vente, a « omis » de vous donner ces détails primordiaux et vous, dans l’excitation et l’énervement, vous n’y avez vu que du feu. Toutefois, cet « oubli » a des conséquences plus graves à long terme qu’il ne le laisse croire.

Après 8 ans, vous aurez payé près de 8 000 $ d’intérêts sur un véhicule de 30 000 $. C’est plus de 20 % de la facture totale, payé dans le beurre. Rajoutez à cela les frais d’entretien. Par exemple, vous devrez changer les freins et les pneus, ce qui pourrait coûter facilement 2 000 $, même s’il vous restera plus de la moitié de votre véhicule à payer. Et après six ans, quand vous voudrez le remplacer, il vous restera près de 10 000 $ à payer, qu’il faudra en partie refinancer sur votre prochain achat. Vous aurez donc une « balounne », ce qui est contraire à toute logique financière.

Donc, au lieu de vous attarder au paiement lors de l’achat, concentrez-vous sur le coût total, y compris le coût en intérêt et les coûts possibles d’entretien et de réparation. Il est toujours mieux de choisir une version moins équipée ou un autre modèle financé sur 60 mois que le « gros modèle » financé sur 96 mois, même si les deux respectent votre budget mensuel. C’est moins flatteur pour l’égo, mais c’est votre portefeuille qui vous remerciera.

transport d barrette commanditaire.jpg

Articles suggérés