— PUBLICITÉ—

La fourgonnette : trop souvent boudée!

11 Mai 2021

par : Samuel Lessard

photo : Kia Carnival SX 2021

Après avoir été infirmier clinicien, Samuel Lessard fait un changement de carrière à 180 degrés. Ce Témiscamien d’origine est maintenant journaliste automobile à l’émission RPM diffusé sur les ondes de V Télé. Il coanime RPM+ et écrit des articles pour le magazine web de l’émission.

Une grande partie de mon travail consiste à conduire un véhicule différent à chaque semaine pour évaluer quels sont les meilleurs produits du marché.

— PUBLICITÉ—

À chaque fois que je conduis une fourgonnette, j’en viens à la même conclusion : c’est un véhicule beaucoup plus logique qu’on le croit. J’ai pu rafraichir ma mémoire au cours des trois derniers mois puisque j’ai eu l’occasion de conduire toutes celles qui sont offertes sur le marché actuellement : Toyota Sienna, Honda Odyssey, Kia Carnival et Chrysler Pacifica. Enfin, presque toutes, puisqu’il me manque la Chrysler Grand Caravan, une version abordable de la Chrysler Pacifica.

Kia Carnival SX 2021-4.jpeg

Elles m’ont toutes donné, sans exception, l’impression que j’en obtenais beaucoup pour mon argent. L’espace est généreux, le confort est princier, la polyvalence est inégalée, la consommation de carburant est raisonnable, l’équipement est foisonnant et la visibilité est bonne.

Pourtant, les consommateurs ne se ruent pas aux portes des concessionnaires pour se les procurer. La preuve est que les ventes ont plongé de 34 % au Québec entre 2016 et 2019.

Pourquoi sont-elles boudées? Pourquoi leur popularité n’est pas plus grande si elles sont si formidables?

Ma courte expérience dans le domaine m’a fait constater une chose : quand je parle de fourgonnettes, plusieurs de mes interlocuteurs me disent : « jamais je n’en achèterai une. » La justification première est qu’on ne veut pas être vu à bord d’une « vannette »! L’image très familiale, pataude et démodée qu’elle projette, malgré les avantages concrets énoncés plus haut, lui met du plomb dans l’aile.

Pour un prix similaire, les consommateurs préfèrent acheter un VUS à trois rangées d’une grosseur comparable comme un Honda Pilot, un Toyota Highlander ou un Ford Explorer. Par ailleurs, les ventes de ceux-ci ont augmenté de 15 % entre 2016 et 2019 malgré qu’ils soient plus énergivores, moins spacieux, plus chiches en équipement et surtout plus chers qu’un minivan équivalent.

J’expliquerais en partie ce phénomène contraire à toute logique par le fait que les VUS donnent l’impression aux acheteurs d’être dans le coup, d’être sportifs, de pouvoir franchir n’importe quel obstacle, voire, d’être presque invincibles. La passion, l’inconscient et la mode prennent le dessus sur le rationnel, qui finit par être petit dans ses culottes. Rajoutez à cela les publicités habiles des constructeurs automobiles qui font quasiment croire qu’un VUS est nécessaire pour être bien dans sa peau.

Tout ça pour dire que quand viendra le temps de magasiner un véhicule spacieux, je n’hésiterai pas une seule seconde et j’irai me chercher une fourgonnette. Il me reste simplement à faire avaler le projet à ma copine, qui tremble à l’idée d’être aperçue au volant de ce véhicule honteux. Et entre vous et moi, c’est loin d’être gagné d’avance!

transport d barrette commanditaire.jpg

Articles suggérés