Souscrire au journal virtuel

Téléchargez le journal virtuel

Un Panier bleu pour les achats de l'État

14 Mai 2020par : Communiqué

Dans la foulée des annonces de réouverture de différents secteurs de l’économie, Québec solidaire demande au gouvernement de montrer l’exemple pour investir dans nos entreprises locales avec quatre mesures pour faire sa part :

  • Remplacer 40 % des achats faits hors Québec par les institutions et ministères par des achats locaux d’ici 4 ans en mettant les bouchées doubles dès maintenant;
  • Remplir à 50 % d’aliments québécois les assiettes servies dans les services alimentaires des institutions publiques;
  • Envoyer une directive claire aux ministères et aux institutions publiques visant à favoriser l’approvisionnement local et régional;
  • Introduire une certification « Fabriqué au Québec », à l’image de la certification « Aliments du Québec ».

« Le gouvernement du Québec, avec ses ministères et institutions partout sur le territoire, a un grand pouvoir d’achat dans toutes les régions. L’initiative du Panier bleu, c’est une bonne idée, mais le gouvernement doit donner l’exemple. Les entrepreneurs et entrepreneuses de chez nous vivent comme tout le monde une période difficile. On peut faire plus pour leur donner un coup de main. Si on ajoute à cela le fait que pour chaque dollar dépensé chez un commerçant d’ici, plus de la moitié restera au Québec comparativement à moins de 20 % pour un achat à l’international, c’est définitivement une solution gagnant-gagnant », affirme Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire.

— PUBLICITÉ —

Selon une analyse du Conseil du patronat produite en 2018, seulement pour la politique de remplacement par l’État québécois de 40 % des intrants importés par des achats d’ici, c’est 6 G$ qui s’ajouterait au PIB en plus de générer des revenus fiscaux de 2 G$.

Pour Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue et porte-parole solidaire en matière de développement régional, c’est aussi une occasion à ne pas manquer pour contribuer à la vitalité économique des régions. « Dans les dernières années, les gouvernements ont procédé à une centralisation de plus en plus importante des achats de l’État. La CAQ n’a pas fait exception à cette règle avec la création des Centres d'acquisitions gouvernementales qui auront l’effet de centraliser les achats au détriment des fournisseurs régionaux. Dans ma région par exemple, concrètement ce sont nos imprimeries locales, nos papeteries qui perdent des contrats au profit de gros fournisseurs à Montréal. Dans l'industrie alimentaire, ce sont nos fromageries, nos entreprises maraîchères qui gagneraient à approvisionner les écoles et CPE de leur localité », illustre Mme Lessard-Therrien.

Vendredi, le gouvernement annonçait le report de la mise sur pied des Centres d'acquisitions gouvernementales en raison de la crise de santé publique qui sévit. Pour Québec solidaire, la crise démontre plus que jamais les effets contre-productifs de cette politique pour l’économie de nos régions.

« À terme, Québec solidaire souhaiterait voir le Québec se doter d’une politique nationale d’achat local. C’est aussi souhaitable dans la perspective de protéger notre planète. Les solutions à la crise économique qui nous attend devront être écologiques. Quand des mesures comme ce qu’on propose aujourd’hui contribuent à atténuer deux crises, c’est signe qu’on n’a pas le luxe de s’en passer », conclut Manon Massé.