— PUBLICITÉ—

Les priorités de Sebastien Lemire

30 Septembre 2021

par : Moulay Hicham Mouatadid - Journaliste de l'initiative de journalisme local

photo : Chambre de communes

Le député bloquiste Sébastien Lemire, qui a été réélu avec une majorité dans la circonscription Abitibi-Témiscamingue, est déterminé de continuer son engagement politique avec plus de persévérance avec plus de persévérance et d’action sur le terrain. Il s’agit d’une deuxième victoire électorale en deux ans pour le politicien. « J’étais très satisfait des résultats. La campagne électorale m’a permis de rencontrer pleins de gens et d’aller visiter encore plusieurs endroits afin de renforcer ce lien de proximité avec les citoyens », a-t-il affirmé.

— PUBLICITÉ—

La communauté de Long Point

Plusieurs dossiers déjà sur la table préoccupent le député Sébastien Lemire. « L'un des premiers dossiers sur lesquels je souhaite me pencher lors de mon retour à Ottawa est celui de la communauté de Long Point, à Winneway. C'est une communauté qui n’a pas les moyens d'être le levier de son développement. Je veux pouvoir me mettre le nez avec Québec, essayer de trouver des accords pour faire en sorte que cette communauté-là puisse prendre davantage en main son développement », a-t-il souligné.

Le défi de la main-d’œuvre

La problématique de la main-d’œuvre est aussi un dossier qui préoccupe le député réélu. « C’est une problématique très sérieuse en région. On ne peut pas attendre plus que ça pour trouver des moyens et stratégies efficaces à régler définitivement ce problème. L’Abitibi-Témiscamingue souffre beaucoup d’un manque énorme de main-d’œuvre et cela nuit énormément à son développement économique », poursuit-il.

Somme toute, il est clair pour le député qu’il s’agit d’un mandat qui s’inscrit dans la continuité. Le gouvernement en place ressemble en plusieurs points à celui en place avant le déclanchement des élections. « On va continuer d’être sur le terrain, dans le respect des ordonnances sanitaires. C’est une priorité pour nous. D’ailleurs, je ne voudrais pas faire de la politique ailleurs que chez nous », a-t-il terminé.

Articles suggérés