— PUBLICITÉ—

Célébrer l’avenir de l’agriculture

12 Janvier 2022

par : Marjorie Gélinas

Le 11 janvier 2022 marque la 2e édition de la Journée d’appréciation de la relève agricole au Canada. La situation de l’industrie agricole, qui a été en déclin pendant de nombreuses années, a connu, dans la région du moins, un regain de popularité au cours des dernières années. La pandémie a joué un rôle majeur dans la reconnaissance de cet important moteur économique. Les humains doivent se nourrir et pour ce faire, on doit favoriser l’industrie agricole et stimuler la relève.

Selon un communiqué de Gestion agricole du Canada « au cours des 10 prochaines années, 75 % des fermes changeront de main, mais selon le Recensement de l’agriculture du Canada, seulement 8 % des agriculteurs canadiens disposent d’un plan de relève écrit. » La Journée annuelle d’appréciation de la relève agricole a été créée pour reconnaître que le processus de changement de main d’une exploitation agricole est complexe et pour stimuler et souligner les progrès en la matière.

— PUBLICITÉ—

Parmi ces progrès, Meghan Jarry, la présidente du Syndicat de la relève agricole de l’Abitibi-Témiscamingue (SRAAT), souligne l’adoption du projet de loi C-208, qui facilite le processus de transmission d’une entreprise agricole à la génération suivante, encourageant ainsi les plus jeunes à prendre la relève et les parents à vendre à leurs enfants plutôt qu’à des étrangers.

David Prince, responsable des communications et de la vie syndicale à la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue, salue l’environnement favorable dont bénéficie l’industrie agricole et agroalimentaire au Témiscamingue. Madame Jarry abonde également en ce sens : notre région est représentée par des personnes passionnées comme la préfète Claire Bolduc et la députée Émilise Lessard-Therrien, qui n’hésitent pas à mettre tous les efforts nécessaires afin d’épauler, de valoriser et de mettre en lumière les producteurs d’ici.

Tout comme en 2020, l’année 2021 a été bonne pour cette industrie au Témiscamingue, alors qu’on a connu une augmentation de 3,8 % du nombre d’exploitations agricoles. Trente-six nouvelles fermes ont vu le jour dans la région. La moitié des propriétaires de ces entreprises sont âgés de moins de 40 ans, et le tiers sont des femmes. Les formations offertes, en production maraîchère notamment, affichent complet. L’agriculture se diversifie, se modernise et évolue. Bien sûr, les enjeux demeurent nombreux et ce ne sont pas toutes les exploitations agricoles de la région qui ont une relève assurée. Toutefois, à en juger par les commentaires de madame Jarry et de monsieur Prince, le Témiscamingue jouit d’un potentiel agricole immense et d’un contexte favorable pour poursuivre son développement.

Articles suggérés